MERCI A BERCY DE NOUS FAIRE CREVER DANS NOTRE COIN A PETIT FEU.

 

Ce matin, comme tous les matins, je clique sur le site de Claude Reichman.
Reichman, c’est l’homme qui se bat contre le RSI depuis, grosso modo, depuis 20 ans, sans mollir.
Son combat est le même que le nôtre. Nous nous battons contre deux administrations qui ruinent et tuent sans aucun état d’âme, ceux qui pour une raison, réelle ou souvent fictive sont pris dans leurs filets.
Là, vous ou moi, sommes comme un insecte englué dans une toile d’araignée.
Bouger, gémir, appeler à l’aide, crier à l’injustice, se débattre ne change rien.
Comme l’insecte vous finirez par être bouffé.
Dans la « lettre ouverte aux hommes politiques qui assassine les travailleurs indépendants ! » écrite par Laurent Buffet, ce matin sur le site de Claude Reichman, j’ai lu ce que moi, et des milliers d’autres assassinés, ont vécu, vivent, vivront à plus ou moins long terme.
La différence entre lui et moi, est que lui, encore, pense ou espère que nous chers hommes politiques vont entendre son cri de désespoir.
Il s’illusionne grandement. Et le mot est faible.

Ami Laurent, tous nos chers élus carriéristes de tous bords connaissent le problème des abus fiscaux et du RSI depuis des lustres et ils s’en foutent royalement.

Ces morts-là ne les intéressent pas, mais alors pas du tout.
Comme je le disais dans un précédent papier, la disparition des entrepreneurs n’est pas leur tasse de thé, tant que cela ne remet pas en question leurs revenus issus justement, pour partie, des exactions de ces deux administrations.

Ils commenceront à s’affoler lorsque les entrepreneurs, tous tondus jusqu’à  la couenne, petits ou grands,  auront disparu ( morts ruinés ou partis sous d’autres cieux) et qu’il faudra passer la tondeuse à leur électorat.
Vous savez, celui qui ne paye pas d’impôt,  qui profite de multiples aides et haïssent ces salauds de patrons qui se gavent, 70 heures par semaine sur le dos de leurs employés.
Bon courage Laurent…

Emmanuel Bolling

Ci-dessous la lettre ouverte de Laurent Buffet

  

Lettre ouverte aux hommes politiques qui
assassinent les travailleurs indépendants !

J’ai reçu une lettre recommandée de la cour d’appel de Poitiers m’informant qu’elle a l’honneur, oui j’ai bien lu, l’honneur, de me notifier l’arrêt qu’elle a rendu. Cette décision est susceptible de pourvoi en cassation.

Je vais tout de suite vous annoncer que je ne ferai rien de tout cela, et pour les raisons que je vais vous expliquer.

Je n’ai pas de voiture pour me déplacer, je n’en n’ai plus les moyens. Je n’ai pas non plus les moyens de prendre un avocat. Et surtout, surtout, je n’ai plus envie de me battre.

Que me reproche-t-on ?

D’avoir utilisé les deniers de l’Etat pour me payer des taxis ? Non.

D’être atteint de phobie administrative ? Non plus.

D’avoir omis de déclarer un compte à l’étranger et d’avoir été forcé de l’avouer, alors même que je l’avais précédemment nié ? Même pas.

D’utiliser une caisse noire, sous couvert de l’Etat, pour des dépenses personnelles ? Perdu.

D’avoir détourné de l’argent public alors ? Et non.

Il m’est reproché de ne pas avoir payé le RSI, Régime Social des Indépendants, pour ma retraite et ma maladie.

Il ne m’appartient pas de dire si le RSI est obligatoire ou pas, la France et l’Europe s’opposent. Même les tribunaux s’y perdent.

Avant de poursuivre, petit retour en arrière. Inscription à l’Organic, ancêtre du RSI, le 8 janvier 2000.

Cessation d’activité le 15 janvier 2014, suite à une liquidation judiciaire. Procès en cours avec ma banque de l’époque. Le tribunal de commerce jugera des responsabilités de chacun.

Nombre d’emplois créés pendant ces années : 14. Nombre d’emplois détruits : 3.

Le jour ou un indépendant est obligé de cesser son activité, ce jour-là, tout s’arrête !
Pas d’indemnité chômage, mais le RSI, via un huissier, qui vous harcèle.

Plus de revenu, mais le RSI, via un huissier, qui vous harcèle.

Plus de couverture sociale passé 12 mois, mais le RSI, via un huissier, qui vous harcèle.

Vous ne pouvez même pas vous inscrire à pôle emploi ! Véridique !

Et là, cette solidarité que l’on nous demande à nous, indépendants, eh bien elle n’existe plus.

Vous avez juste le droit de crever dans votre coin.

Il faudra un jour que l’on m’explique pourquoi mon ami d’enfance, qui a fait sa carrière à la SNCF, part cette année à la retraite à 52 ans. Toute sa carrière derrière un guichet. Il faudra également que l’on m’explique pourquoi mon cousin, qui a fait sa carrière à EDF, part l’année prochaine à la retraite à 55 ans. Toute sa carrière dans un bureau. Tout en conservant les avantages liés à leur profession. Et là, effectivement, la solidarité va fonctionner ! Ces deux entreprises cumulent à elles seules 20 milliards d’euros de déficit !

Merci, Français, de bien vouloir combler les égarements de cet Etat dispendieux !

Je n’oublie pas notre chère Sécurité sociale, qui à elle seule est en déficit chronique de 10 à 12 milliards par an.

Il faudra également que l’on m’explique pourquoi sénateurs et députés cotisent 6 fois moins qu’un indépendant pour sa santé. Merci également de m’expliquer pourquoi un député bénéficie de 6 mois de « chômage » à la fin de son mandat. Et pourquoi députés et sénateurs disposent de leurs propres caisses de retraite, très avantageuses. Retraite par capitalisation, refusée aux indépendants.

Merci, Français, de continuer à voter pour que nous puissions conserver nos avantages, avec votre argent bien sûr. Les exemples étant nombreux, je cesserai là mes énumérations.

Malgré tout cela, je suis chanceux, et ai deux raisons d’être positif.

La première, ma famille. Sans cette famille je serais tombé beaucoup plus bas.

La deuxième, je n’ai plus rien. Je n’ai donc plus rien qu’on puisse saisir. Ni maison, ni voiture, ni compte en banque. Rien. L’unique solution qui s’offre donc à moi pour rembourser cette « dette solidaire », si toutefois elle est justifiée, l’unique solution donc reste la prison !

J’y vois plusieurs avantages.

Etre pris en charge. Ne plus penser, ne plus éprouver l’angoisse du lendemain. Pouvoir faire trois vrais repas.

Je pourrai même en profiter pour travailler mes langues étrangères et me faire soigner les dents et autres petites bricoles.

J’aurai tout loisir de regarder la télé, de lire, et même de reprendre une activité physique. De plus, déchu de mes droits civiques, je n’aurai plus à me déplacer pour voter.

Mais le pire n’est pas là. Nous sommes des centaines de milliers dans mon cas (il y a 3 millions d’indépendants en France), et aucun homme politique n’a le courage de remettre tout cela à plat… Aucun courage, aucune perspective pour notre pays. Rien d’étonnant : la France est gouvernée par des fonctionnaires.

Un fonctionnaire ne sera jamais un entrepreneur. Et quand les entrepreneurs auront disparu (c’est en très bonne voie), les Français s’assassineront les uns les autres pour avoir de la nourriture.

« Bon appétit, Messieurs ! Ô ministres intègres ! Conseillers vertueux ! Voilà votre façon de servir, serviteurs qui pillez la maison ! »

Laurent Buffet.

Bolling Emmanuel

A propos Bolling Emmanuel

Emmanuel Bolling a été condamné le 12 janvier 2016 par jugement contradictoire à l'égard d'Anne Béot, inspectrice des impôts de Paris 18eme et partie civile. Emmanuel Bolling a été relaxé du chef de diffamation publique. Il a été reconnu coupable du chef d'injure publique envers fonctionnaire publique pour son article du 15 décembre 2014 sur le site témoignagefiscal.com intitulé "certain de leur impunité, rien n'arrête les agents du fisc". Il a été condamné à verser à Madame Anne Beot 500€. Emmanuel Bolling était un des créateurs et des dirigeants de la Discothèque LA LOCOMOTIVE à Paris. Ouverte fin 1986, décédée asphyxiée par le fisc fin 2009(RIP). Elle subira en huit ans trois contrôles fiscaux. 1992, 1996, 2000. E.Bolling contestera le deuxième (1996). Cette contestation justifiée entraînera immédiatement de la part de Bercy une série sans fin de saisies diverses étranglant son entreprise pour finir par la ruiner. Relaxée de l’accusation de « dissimulation de recettes » par le tribunal correctionnel de Paris en 2002, le fisc n’en continuera pas moins à poursuivre LA LOCOMOTIVE et ses dirigeants de son acharnement, pour les mêmes motifs, comme si de rien n'était... En 2014, après 18 ans de procédure, de procès et d’appels (gagnés ou perdus) dont la liste serait des plus ennuyeuse, E.Bolling et ses associés, ruinés, se battent toujours pour que l’on reconnaisse ce redressement pour ce qu’il est : un abus fiscal caractérisé. Il a initié deux procédures devant le T.A. Dans l'une d'elles il y sera posé une QPC (question prioritaire de constitutionnalité) sur le Non Bis In Idem que n'a pas respecté Bercy, en passant outre au jugement définitif du Tribunal Correctionnel de Paris.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (7 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

8 réflexions au sujet de « MERCI A BERCY DE NOUS FAIRE CREVER DANS NOTRE COIN A PETIT FEU. »

  1. Bjr,

    La France est devenue un pays corrompu gouverné par des politocards mafieux.

    Nous les petits, nous sommes corvébles & imposables à merci.

    Tant que nous mêmes ne ferons pas le ménage par le vide, ces escrocs étatiques nous pilleront!

    @+

  2. Bonjour, J’ai lu avec tristesse cet émouvant témoignage. Une triste réalité qu’ont vécu de nombreuses familles. Cela me rappelle les problèmes de la mienne. Faudrait rajouter dans la liste des assassins (puisque c’est bien de cela dont il s’agit ils ont un droit de vie et de mort) les banques! J’ai une histoire triste dans la tête : une banque qui a fait vendre une propriété agricole en prétendant devant le TGI que le petit paysan à la retraite n’avait jamais paye ces prêts souscrits 25 ans auparavant (malgré des preuves irréfutables). Cela me rappelle un certain ministre! Le créancier c’est ainsi qu’on appelle poliment celui qui doit de l’argent (…) a réussi à faire annuler sa créance en prouvant que c’est même la banque qui lui doit de l’argent . En attendant maison foncier vendus avec la complicité des organismes para publics gérant la vente du foncier agricole, entreprise arrête, perspectives d’avenir et projets anéantis …. Maintenant faut relancer une procédure pour réclamer son du parce que le premier jugement n’oblige pas la banque à rembourser les sommes indûment prélevées par elle! Entre temps, malgré la décision du juge , la banque au dessus de toute loi et de la justice s’est attribuée les parts sociales du paysan ! Elle n’est pas belle la vie! 20 ans de vie, de labeur, d’espoir perdu, de souffrances morales et psychologiques … Je vous remercie tous pour le combat que vous menez ainsi que l’avocate, indépendante qui fait son travail

  3. MAIS VOUS N AVEZ RIEN COMPRIS …

    il faut soit être fonctionnaire , journaliste ou « intermittent du spectacle » pour avoir un bon emploi, largement rétribué , des heures de travail ( 502 sur une année qui n’est pas la mort ) ..
    afin de bénéficier d’un bonne couverture et le temps ou l’on ne travaille pas .. faire du black en +.. –>elle n’est pas belle la vie !!.
    il faut savoir que suivant l’annexe 8 , une femme de ménage ou une secrétaire qui travaille dans une boite de production a le statut … ?
    ils ont du confondre et amalgamer le balai magique de michey a Wall Disney ou alors Omar & Fred de canal +

    avec CAZENEUVE , les sans dents , désargentés font du bruit –>ils vont au violon
    avec WALLS , sa femme lui joue du du violon –> les intermittents ont de l’argent

    🙂

  4. Rappel = La politique et la justice étaient l’art de servir et de rassembler les citoyens. La politique et la justice sont devenues l’art de se servir des citoyens et de les diviser. Il n’y a pas le pouvoir, il y a l’abus de pouvoir maintenant, rien d’autre. La France un pays d’aveugles dirigés par des idiots et incapables ? . Tel est la colère d’une partie de nos concitoyens ..La France est dans le côté obscur de la force=cliquez : http://www.temoignagefiscal.com/la-france-est-dans-le-cote-obscur-de-la-force/

  5. Bonjour, actuellement il y a 3 retraités pour un actif, bientôt 4 retraités pour un actif qui va payer nous le savons ceux qui travaillent et comment! Je laisse libre cours à votre imagination. Nous allons bien rire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *