Opération salades (vidéo)

Bonjour,

Bien cordialement. H. Dumas et E. Bolling

P.S: Ces vidéos sont visibles sur YOUTUBE en tapant « LES PAPYS PAPOTENT ».

 

 

 

 

Henri Dumas

A propos Henri Dumas

Que les choses soient claires, je n'ai jamais triché fiscalement. Cela indiffère le fisc, qui considère que ses intérêts immédiats sont supérieurs à ceux de la survie de l'entreprise. C'est ainsi qu'il est capable de redresser et de tuer à partir de données relatives telles que des provisions, des évaluations de stock, des refus de déduction ou de récupération de TVA que le chef d'entreprise a pu gérer en toute bonne foi dans le cadre de ses responsabilités légitimes. De la sorte, alors qu'il est consentant vis à vis de l'impôt, respectueux des règles fiscales, l'entrepreneur peut se trouver, du fait de la cupidité du fisc, exposé lors d'un contrôle fiscal à des redressements qui, suivis des moyens de coercition démesurés du fisc, vont le paralyser, ruiner la confiance de ses partenaires et, finalement, le détruire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (1 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

6 réflexions au sujet de « Opération salades (vidéo) »

  1. Pas besoin d’être profession libérale pour faire la révolution fiscale.
    Il y a plus de 20 ans en arrière j’entendais certains de mes collègues ouvriers, dire « je ne veux pas faire d’heures supplémentaire, car je paie assez d’impôts comme cela ». Le vrai travail fatigue l’ouvrier, que ce soit à l’usine ou sur le chantier. J’ai connu les deux. Les heures sup sont les plus éprouvantes. S’il n’y a pas de thunes au bout du compte, c’est pas la peine.

  2. Bsr,
    idem meme avis et souhait que Pehemme.
    Attaquer ces sans-coeur au portefeuille, une action en groupe en justice.
    Quand ils en attaquent un, cent contribuables se lèvent et le protègent.
    Les agents fiscaux sont forts parceque nous somes seuls, à nous d’inverser cela.
    Le combat est en marche.
    @+

    1. Bonjour,
      Peut-être que la solution est tellement simple, évidente qu’on ne la voit pas : se rassembler tous, au moins une fois.
      Henri Dumas et Emmanuel Bolling se réunissent devant Bercy, la prochaine fois avec des salades, ils sont trop seuls. Pourquoi, ne pas les suivre massivement.
      Il y a 58892 personnes qui ont signé la pétition. S’il n’y en a que 1% qui est présent, c’est déjà bien.
      Tant que des actions contre le fisc ne seront pas menées, rien ne se passera. Je suis d’accord avec Chris et Pehemme.
      Avez-vous déjà entendu parler de milliers de révoltés et harcelés qui manifestent ou bloquent un centre des impôts ou Bercy ? Non. Nous sommes les maladies orphelines des injustices du fisc.
      Nous entendons parler de Gérard Depardieu qui s’exile parce qu’il paye trop d’impôt, idem pour Alain Delon ou autre grand patron du CAC 40. Ceux-là payent TROP d’impôts, et sont TRES connus, mais nous, pauvres petits citoyens du monde, nous payons sur des montants que nous n’avons jamais eus et ça n’intéresse personne. C’est sûr, nous sommes invisibles pour le moment.
      Comment a-t-on entendu parler des OGM ? Par José Bové et sa confédération paysanne. Et pourquoi ?
      Avant ces actions, le commun des humains qui se nourrit, ne connaissait pas l’existence des OGM.
      On peut toujours discuter, des vrais risques et des dangers des OGM.
      Mais grâce à la confédération paysanne, nous sommes avertis des risques potentiels
      Nous ne sommes pas obligés de mener des actions commando, mais déjà se rassembler, ailleurs que sur la toile.
      C’est le moment de faire parler de nous. En 2013, 63000 entreprises sont mortes. Pourquoi ? Comment ? Bercy a tout intérêt à en connaître les causes. La fiscalité est un des paramètres de l’équation.

  3. Arrêtez vos salades !

    Et pourquoi pas apporter chacun son violon et pisser dedans en chœur. Vous croyez que les gens de Bercy vont se sentir menacés par une douzaine de laitues ? Vous rigolez ! Même un million de manifestants dans les rues ils s’en foutent.

    Tant qu’on n’inventera pas d’actions qui auront un impact négatif sur leur propre qualité de vie, qui les fassent réellement chier, ils ne bougeront pas.
    Il faut qu’ils sentent la peur au fond de leurs tripes, qu’ils aillent au bureau à reculons en chialant « Maman, j’veux pas y aller ! »

    Toute l’astuce est de trouver les actions encore légales, ou impossibles à sanctionner, qui auront un maximum d’impact. Et les infliger autant que nécessaire à toutes ces administrations qui ne se réforment pas assez vite.

    Puisqu’ils ne veulent pas comprendre quand on leur explique gentiment, ils vont le subir brutalement. Et tant pis pour eux !

    La peur est en train de changer de camp. Le flambeau de la Victoire ne se donne qu’à ceux qui ne doutent pas d’elle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *