Où l’égalitarisme passe, l’herbe ne repousse pas.

Je vais vous raconter l’histoire vraie vécue par un adolescent de 14 ans.

L’action se passe dans une préfecture proprette de la France bien pensante, puisque socialiste.

Un de lycées de cette cité est la fierté de la municipalité. Récent, il sent bon les effluves contemporaines faites d’herbe et de goudron mélangés. Evidemment, il est confié aux bons soins d’équipes pédagogiques dans la ligne — un peu du ministère et beaucoup des syndicats —

N’est-ce pas là que sont portées les valeurs de la république, transmises à nos jeunes espoirs à l’aide d’un bourrage de crâne égalitariste sans égal dans le monde libre ? Si fait mes bons amis et je le prouve.

Notre jeune homme rencontre pour la première fois l’espagnol qu’il a choisi en deuxième langue. Il se trouve que ce choix le comble, espagnol et Espagne le séduisent, il collectionne les bonnes notes, s’il y avait un classement il serait premier.

L’équipe pédagogique — on ne dit plus les profs — décide d’organiser un voyage en Espagne. Ils adorent ces sorties payées par les parents d’élèves qui les éloignent une petite semaine — gratos —  de la cour de l’école dans laquelle ils ont vécu et vivront toute leur vie.

Quatre-vingts élèves sont susceptibles de pouvoir participer à ce voyage, en fait le nombre de parents qui ont mis la main à la poche à cet effet.

Mais il y a un hic. Un bus c’est 50 places, pas 80. Voilà un problème mathématique plus complexe que les baignoires et robinets traditionnels.

Je vous donne la solution, sans que vous ayez besoin de retourner votre ordinateur puisque je l’écris à l’endroit, sans attendre que vous donniez votre langue au chat.

Ne regrettez rien, vous ne l’auriez pas trouvée.

Solution :

Pour ramener le nombre de bénéficiaires de 80 à 50, l’équipe pédagogique a procédé à un tirage au sort…. notre jeune adolescent, peu chanceux, n’a pas été retenu.

Il ne sera pas du voyage scolaire en Espagne, alors qu’il est le meilleur élève de la classe d’espagnol.

« Pas grave », il n’est pas au lycée que pour apprendre l’espagnol, il doit aussi y apprendre la vie, la morale.

Mais au fait, qu’a-t-il appris dans cette aventure ?

Et bien que travailler ne sert à rien. Que les récompenses ne sont pas liées aux efforts que l’on fait mais au hasard — un peu aussi aux combines — dont l’ordonnateur dans notre société est l’administration égalitariste.

Peut-être aura-t-il un peu de difficulté à saisir la force philosophique de la pensée égalitariste, mais gageons qu’il sera consolé par le cancre à qui le hasard aura permis ce voyage pédagogique et qui le lui racontera.

Il est possible que la narration qu’il entendra soit plus proche des virées nocturnes que des musées qu’il aurait peut-être souhaité visiter, mais n’est-ce pas tout le sel de la vie que d’avoir à vivre le contraire de ce que l’on imagine, de ce pourquoi on a travaillé ?

Quand je pense que moi, tout bêtement, face à un tel problème j’aurais donné les places en fonction des classements… Oui mais, d’une part il n’y a plus de classement — valeur réactionnaire de la droite obtuse — d’autre part quoi de plus naturellement égal qu’un tirage au sort ?

Je peux aussi me tromper, ce que je prends pour un voyage pédagogique n’est peut-être qu’une escapade de fétards ? Tout s’expliquerait alors.

En réalité, les jeunes adolescents d’aujourd’hui sont gentils, ou bien formatés, pour accepter de telles injustices. Pour ma part, mis dans cette situation, je ferais immédiatement un procès à l’équipe pédagogique. Evidemment, je le perdrais et je serais lourdement condamné pour rébellion et atteinte à l’honneur de représentants de l’Etat dans l’exercice de leur fonction. Je serais, pour faire bonne mesure, viré une semaine du lycée et définitivement de la classe d’espagnol.

C’est injuste l’égalitarisme, pour y adhérer il faut avoir la foi, être un croyant aveugle. 

Bien cordialement. H. Dumas

Henri Dumas

A propos Henri Dumas

Que les choses soient claires, je n'ai jamais triché fiscalement. Cela indiffère le fisc, qui considère que ses intérêts immédiats sont supérieurs à ceux de la survie de l'entreprise. C'est ainsi qu'il est capable de redresser et de tuer à partir de données relatives telles que des provisions, des évaluations de stock, des refus de déduction ou de récupération de TVA que le chef d'entreprise a pu gérer en toute bonne foi dans le cadre de ses responsabilités légitimes. De la sorte, alors qu'il est consentant vis à vis de l'impôt, respectueux des règles fiscales, l'entrepreneur peut se trouver, du fait de la cupidité du fisc, exposé lors d'un contrôle fiscal à des redressements qui, suivis des moyens de coercition démesurés du fisc, vont le paralyser, ruiner la confiance de ses partenaires et, finalement, le détruire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (4 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

2 réflexions au sujet de « Où l’égalitarisme passe, l’herbe ne repousse pas. »

  1. l’histoire dit mots si le tirage a aussi concerné les professeurs ou alors s’ils se sont bien gavés en places et ce qu’il restait était pour les éleves pédagogiquement méritant ?
    au moins ce qui sont restés sur le carreau, ont philosophiquement retenus la leçon !!

    l’état pourrait bien faire un effort , alors qu’il a augmenté la prime au retour depuis léonard de 300–>a 2500e pour une personne seule /3500€ pour un couple en + du billet d’avion et des bagages gratuits …
    et vous savez ( le pompon) c’est que dans 29 pays coopératifs , l’état Français s’engage a faire une démarche de retour a l’emploi pour ces personnes
    reconduites a la frontière.. bien sur payes aves nos aimables contributions!!!

    alors qu’il ne fait rien pour les vrais Français ou les jeunes/ + de 50 an s qui sont touches par le chômage .
    on verra les chiffes de l’emploi ce soir qui seront formidable et permettrons a notre cher flamby de briguer un quinquenaille de + .

  2. Ce sont des gens qui ont la haine de la hiérarchie, de l’argent, mais qui se sont tous autoriser à devenir des petits chefs, qui font grève d’abord pour des acquis d’un autre siècle, pour une retraite a 55 ans…, pour eux. Pour des augmentations de salaire, au prétexte que d’autre pays payeraient leurs fonctionnaires plus cher, en oubliant qu’ils sont les 2 ièmes mieux payés du monde. On choisis la quantité à la qualité.
    J’ai connu personnellement pour mon fils une histoire presque similaire, dans un petit lycée du 05. Qui n’avait pas voulu inscrire le gamin, au prétexte qu’il venait d’un lycée qui avait en première langue l’allemand, et qui n’ont pas hésité à nous l’envoyer a 50 kms de la, en oubliant de nous diriger simplement sur le CNED; finalement ils ont été obligé de laccepter. Mais quant sa classe est partis en voyage en angleterre, sa proffesseur, a tout fais pour l’empecher d’aller avec eux. Il y es finalement allé, on lui afais payer durant toute sa scolarité, a lui et a son frère.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *