Rencontre avec Charles GAVE

Toujours à Dax, à l’occasion du huitième Weekend de la liberté organisé par le Cercle Frédéric Bastiat, j’ai eu l’honneur de rencontrer et d’interviewer Charles GAVE, économiste et homme d’affaire international, pragmatique, qui ne pratique pas la langue de bois.

Le Weekend de la Liberté est une manifestation animée par notre ami Patrick de Casanove, à Dax. Ces rencontres libérales  sont fructueuses et alimentent réellement la réflexion sociétale et politique. Je ne peux que vous conseiller d’y participer l’année prochaine.

Dans cet interview vous serez frappé par deux choses :

  • Charles Gave avait prédit les distorsions ingérables de le monnaie unique — l’€ —  pour des nations aux économies inconciliables.
  • Il propose l’abandon de l’€ et l’interdiction aux fonctionnaires de cumuler la garantie du statut et une fonction élective.

Regardez cette vidéo et faites vous votre avis. Comme pour moi, ça n’engagera que vous.

Cordialement.  H. Dumas

 

Henri Dumas

A propos Henri Dumas

Que les choses soient claires, je n'ai jamais triché fiscalement. Cela indiffère le fisc, qui considère que ses intérêts immédiats sont supérieurs à ceux de la survie de l'entreprise. C'est ainsi qu'il est capable de redresser et de tuer à partir de données relatives telles que des provisions, des évaluations de stock, des refus de déduction ou de récupération de TVA que le chef d'entreprise a pu gérer en toute bonne foi dans le cadre de ses responsabilités légitimes. De la sorte, alors qu'il est consentant vis à vis de l'impôt, respectueux des règles fiscales, l'entrepreneur peut se trouver, du fait de la cupidité du fisc, exposé lors d'un contrôle fiscal à des redressements qui, suivis des moyens de coercition démesurés du fisc, vont le paralyser, ruiner la confiance de ses partenaires et, finalement, le détruire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (4 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

3 réflexions au sujet de « Rencontre avec Charles GAVE »

  1. Les jeunes libéraux s’enthousiasment vite sur la légalisation du cannabis ou de la GPA en cédant parfois sur le libéralisme politique. Bien que favorable à ces légalisations (j’ai presque 38 ans), un vieux briscard comme Charles Gave sous rappelle que la liberté sans liberté politique n’est pas seulement précaire mais illusoire, une chimère. Je le cite : « il faut savoir sérier les problèmes » avait-il écrit un jour.

    Dénoncer les méfaits de la dérive jacobine de l’UE, du parlement européen fantoche à la botte du capitalisme de connivence ou du pouvoir des juges politisés confortés par la CEDH, ce n’est nullement verser dans le repli sur soi en mode souverainiste conservateur/protectionniste. Je lis souvent des critiques émanant de jeunes libéraux opposés à Gave car il est conservateur sur les questions sociétales. Et alors? ça discrédite sa critique de la « démocratie » made in UE? Ou made in €?

    Les libéraux sont assez mauvais en matière d’anticipation (surtout s’ils ont le malheur de les dater) du fait de la sous-estimation de la capacité à truander des socialistes/planistes/constructivistes pour tenter de faire marcher un peu plus longtemps leurs saloperies. Gave pose les bonnes questions et ses craintes exprimées depuis 20 ans se réalisent de toute évidence.

    Excellent entretien, hâte de voir la vidéo de son exposé si comme je l’espère elle sera un jour disponible.

    cdlt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *