Résistants : levez-vous.

Hier, Dimanche 15 Octobre 2017, j’étais au deuxième congrès des Libérés de la Sécu.

Très aimablement invité par Claude Reichman pour faire un exposé sur la zone de non droit des contrôles fiscaux, je me suis retrouvé devant une salle composée de plus de trois cents résistants.

L’âge moyen était de trente à cinquante ans, la pleine force. J’ai ressenti la détermination qui remplissait la salle, j’ai été envoûté.

En même temps, la grande souffrance liée au seul fait de résister était palpable.

J’ai complètement oublié mon sujet.

J’ai voulu parler de résistance, de combat. Y suis-je arrivé ? Je ne sais pas.

Les pillards

Dans un premier temps je me suis employé à définir les pillards, ceux qui nous prennent nos vies et nos biens.

Chaque fois le schéma est le même.

Tout part d’une idée envahissante pour l’homme mais un peu informelle, circonstancielle, par exemple la temporalité.

Cette faculté qui appartient exclusivement aux hommes de comprendre que leur temps personnel a une durée finie pendant qu’ils font partie d’un ensemble qui parait ne pas en avoir, être éternel.

Les hommes appellent ce mystère « Dieu », il s’agit évidemment d’une abstraction, d’un concept.

Arrivent alors les escrocs, les pillards. Ils se font appeler les hommes de « Dieu », ils n’hésitent pas à nous dire qu’ils sont en prise directe avec cette abstraction « Dieu ». Ils prétendent alors le connaître au point de nous dicter ses ordres et évidemment nous monnayer leurs informations. Ils prennent au passage notre liberté et nos biens. Ils s’associent à cet effet avec les hommes d’armes.

Ce type de pillage est dépassé dans nos sociétés, mais encore en pleine activité dans d’autres.

Dans notre société l’idée de départ est autre.

Nous savons tous au fond de nous qu’il est des fois où la vie oblige les hommes à se regrouper pour faire face à des difficultés qu’ils ne pourraient pas affronter seuls. Oui mais voilà, en cas de besoin ce regroupement aurait-il lieu naturellement ? L’organisation de ce regroupement potentiellement nécessaire c’est le mystère, l’abstraction, que nous appelons l’Etat.

Ici aussi arrivent les escrocs, les pillards, ils se font appeler les hommes de l’Etat, ils n’hésitent pas à prétendre qu’ils savent de quel regroupement nous avons besoin, qu’ils savent le gérer. Ils nous menacent, si nous ne les écoutons pas, de nous retrouver tout seul et tout nu en cas de besoin d’action de groupe.

Ils nous somment de payer leurs services et nous imposent au passage des contraintes pour entraver notre liberté et augmenter notre dépendance à eux.

Ils sont aujourd’hui au bout de leur escroquerie, la révolte gronde, leurs jours sont comptés, car ils sont démasqués par les résistants et le seront bientôt par le plus grand nombre à l’occasion de leur faillite, qui va être retentissante.

En effet, tous ces escrocs ne peuvent faire que faillite, la raison en est simple : Ils exigent d’être payés d’avance.

Or, la vie ne se comprend que si l’on donne d’abord pour recevoir après. Eux veulent recevoir d’abord et donner après, c’est ce qui fait d’eux des escrocs qui ne peuvent que faillir.

Mais attention déjà se lèvent les prochains.

L’idée sous jacente de ceux-ci est que la planète pourrait devenir invivable. Pourquoi pas ? On voit bien l’angoisse que cela génère. Cette idée se qualifie par une abstraction que l’on appelle l’écologie, qui impute le risque avancé à l’action de l’homme. Ridicule, qu’est-il dans les forces en présence ? Rien.

Aussitôt pourtant arrivent encore les escrocs, les pillards, ils s’appellent maintenant les hommes de l’écologie ou les défenseurs de l’environnement. De quel environnement s’agit-il ? Du cosmos, de l’univers, de mon studio ?

Toujours les même balivernes, soumettez-vous disent-ils et envoyez la monnaie.

La résistance

Alors, lorsque l’on est face à des résistants, une pleine salle, on a envie d’abord de les féliciter tant ils sont une rareté, puis de leur dire qu’il faut non seulement résister mais aussi se préparer à prendre le pouvoir, à protéger la liberté individuelle, la liberté de son être et de son avoir, à repousser les assauts de ces soi-disant initiés de tout poil qui ne sont que de pales escrocs, qu’ils arrivent déguisés en évêques, en énarques, en élus, en écologistes ou autre.

Car, si les résistants ne se lèvent pas pour opposer une fin de non recevoir définitive à tous ces pillards, leur constante succession aura raison de la liberté individuelle, des progrès de l’humanité par le miracle de cette liberté individuelle, seul gage de créativité, de tolérance, de progrès, d’amour.

Bonne chance à Claude Reichman et aux siens, souhaitons-leur tout le succès et la notoriété que mérite leur combat opiniâtre et juste, qui déborde aujourd’hui largement leur sujet initial le RSI, mort et sur le point d’être enterré.

Bien cordialement. H. Dumas

Henri Dumas

A propos Henri Dumas

Que les choses soient claires, je n'ai jamais triché fiscalement. Cela indiffère le fisc, qui considère que ses intérêts immédiats sont supérieurs à ceux de la survie de l'entreprise. C'est ainsi qu'il est capable de redresser et de tuer à partir de données relatives telles que des provisions, des évaluations de stock, des refus de déduction ou de récupération de TVA que le chef d'entreprise a pu gérer en toute bonne foi dans le cadre de ses responsabilités légitimes. De la sorte, alors qu'il est consentant vis à vis de l'impôt, respectueux des règles fiscales, l'entrepreneur peut se trouver, du fait de la cupidité du fisc, exposé lors d'un contrôle fiscal à des redressements qui, suivis des moyens de coercition démesurés du fisc, vont le paralyser, ruiner la confiance de ses partenaires et, finalement, le détruire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (10 votes, moyenne : 4,60 sur 5)
Loading...

9 réflexions au sujet de « Résistants : levez-vous. »

  1. Bjr,
    si tous les spoliés fiscaux,ceux dénoncant les abus fiscaux comme ceux affichant les gaspillages des politocards ne faisaient qu’une VOIX pour Notre Libération, les nazillons du fisc se planqueraient sous terre mais…ce n’est qu’un rêve!,

    1. J’ai dû mal m’expliquer.
      Je n’ai pas parlé de Dieu qui est une abstraction que je comprends et respecte en tant que telle. J’ai parlé des hommes de Dieu qui ne peuvent être que des menteurs, donc des escrocs. Ils l’ont démontré au fil du temps.

  2. Votre site nous permet de comprendre beaucoup de choses…..tout ce qui était vu comme une injustice, tant que j’étais seul et persécuté, apparait au grand jour !
    Je ne suis plus seul !! ce qui m arrive est arrivé à de nombreuses personnes, et ils étaient donc comme moi d’honnêtes travailleurs !!

    Mon erreur ? et la plus grosse de toute , je l’admet et la comprend trop tard….j ai cru en ce sytème, et j ai cru qu il y avait une justice….. j en suis tellement désolé….
    J avais « la tête dans le guidon »..je pensais : travail, CA, paies des employés….

    Alors que j aurais du comprendre qu ils organisaient ma fin….. mais en toute innocence, je croyais à leur bonne foi…..

    Désolé, je me suis trompé… Toutes mes excuses à ma famille, mes employés, mes fournisseurs, sous traitants et autres….. Leur malhonnêteté a gagné.

    1. Depuis tout temps les résistants ne sont jamais plus de 1ou 2% de la population.
      Pourtant chaque fois leur prise de conscience change tout.
      Ne vous excusez pas, ne désespérez pas votre prise de conscience va tout changer, y compris pour vous et vos proches.
      Courage.

    2. « j ai cru en ce système, et j ai cru qu il y avait une justice…. » dites-vous;
      Comme tous les bipèdes humanoïdes dont je suis également et fraternellement (mais pas librement !), nous tenons à croire en la bienveillance des instances à échelle supra-humaines: tribus, clans, régions, nations, partis politiques, obédiences idéologiques ou maçonniques . . . tout ce qui fait rassemblement (ecclesia) grégaire nous flatte l’illusion d’une meilleure sécurité individuelle puisque le nombre serait sensé faire la force, fût-ce au prix de l’abdication de quelques libertés et dignités, à condition que notre responsabilité individuelle soit impérativement diluée dans l’indécidable irresponsabilité du collectif, de la meute ! ce grégaire dispositif d’esquive irresponsable individuelle remonte à la nuit des temps et l’anthropologue le regretté René Girard en a remarquablement disséqué le mécanisme logique à point de départ mimétique et son algorithme primitif rémanent continue à régler en boucle logique implacable le fonctionnement du circuit limbique de notre rhinencéphale de vertébrés . Le caractère originellement inconscient de cet algorithme logique ne saurait plus constituer désormais un excuse valable à notre irrépressible tendance à la « servitude volontaire » que Etienne de la Boëtie fustigeait déjà dans son traité des années 1560 .
      Le philosophe des années 1950 Emmanuel Levinas qui avait connu les atroces conséquences concentrationnaires de la muette complicité de ses contemporains en a déjà clairement appelé au choix individuel, personnel de la « responsabilité pour autrui » après avoir assez éprouvé et démontré l’inexistence d’une quelconque responsabilité « collective » dont les experts juristes et éthiciens certifient qu’il n’en existe pas plus que de dignité « collective »;
      à chacun de nous d’en tirer les conséquences éthiques et politiques !
      et honte à nous d’avoir tant tardé ! ! !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *