Stupéfaction des socialistes

Partis à Bangui la fleur au fusil, nos socialistes déclarent à L’ONU :

« En Centrafrique, je pense que nous avons peut-être sous-estimé la haine et le ressentiment entre communautés », dixit Gérard Araud.

On ne peut pas dire que ce genre de déclaration soit rassurant.

Les explications qui suivent non plus :

« Nous savions qu’il y avait des violences interreligieuses, mais nous n’imaginions pas une haine aussi profondément ancrée. Nous devrions peut-être travailler avec des psychologues et des ethnologues pour comprendre comment elle est apparue et comment apaiser la situation »allons bon.

La création d’une commission s’impose. « Ravi » va s’en occuper. Un observatoire du dénombrement des coups de machette, sera probablement mis en place rapidement.

Pour le moment c’est l’expectative :

« Il s’agit d’une situation presque impossible pour les soldats africains et français. Nous devons réfléchir dans des termes très pratiques à la façon d’être efficace pour empêcher les gens de s’entre-tuer quand ils veulent désespérément le faire. »

Eh ben dis-donc… la poisse.

Et oui, quand ça va mal, ça pète. Et quand ça pète, ça pète.

Ce n’est pas vraiment compliqué à comprendre pour n’importe qui, sauf pour un socialiste. Ce n’est pas la première fois qu’ils nous font le coup. Déjà en 1939, ils ont été stupéfaits par l’agressivité d’Hitler avec qui ils pensaient pouvoir discuter. Ils avaient juste oublié que les Allemands ne voulaient plus payer la facture de la guerre de 1914.

C’est sûr : les gens, quand ça ne veut plus payer, quand ça ne peut plus payer, ça devient méchant.

Et oui, le socialiste ne comprend pas ça. Piller les autres, c’est son ordinaire de tous les jours. Et je te prends à Machin qui en a trop, pour donner à Truc qui n’en a pas assez. C’est son fond de commerce. Peu importe que Machin ait gagné honnêtement ce qu’il possède en fonction des règles universelles de l’économie, et que Truc n’en branle pas une.

Truc, de toute façon, n’en a jamais assez, alors Machin, à un moment, il en a marre. A la fin, Truc et Machin se foutent sur la gueule. Dix ans plus tard, tous les deux, moribonds, se demandent pourquoi ils se sont foutus sur la gueule.

Les socialistes ne sont plus là pour assumer, ils ont touché leur commission quand tout allait bien, ils sont partis foutre le bordel ailleurs. Alors, Truc et Machin, ils n’ont pas d’explication, ils se retrouvent tout cons. Ils redeviennent copains, ils jurent que ça n’arrivera plus jamais, parce que là ils en ont vraiment bavé.

Mais, dès que tout va mieux, les socialistes reviennent. Et…c’est reparti pour un tour. Et voilà…. En gros c’est ça l’histoire de l’humanité. Alors, franchement, avec leurs histoires interreligieuses, ils nous prennent vraiment pour des cons.

Je ne connais pas assez bien la situation économique du Centre-Afrique pour savoir qui veut piquer quoi à qui. Mais, ce que je sais, c’est que ces populations ont en leur sein des hommes armés qui pratiquent la guerre depuis si longtemps que les survivants doivent être particulièrement dangereux. Il en est de même au Moyen-Orient.

Alors, s’apercevoir que notre armée parait surprise par cette violence et cet entrainement à la guerre, ça fait froid dans le dos. Que ses chefs ne s’en doutaient pas, c’est pire encore.

Pour les socialistes, la vie est belle, n’oublions pas que leur philosophie ce n’est pas à chacun selon son mérite, mais à chacun selon son besoin.

Il ne faut pas s’étonner qu’à terme, les besoins étant par essence illimités, il s’installe une situation extrême ou celui qui possède ne peut plus donner alors que celui qui désire exige encore. La confrontation n’est pas loin.

Traduire cela ensuite en violence interreligieuse est une escroquerie intellectuelle hors du commun, mais qui, il faut le reconnaître, marche depuis des siècles, tant le pillage gêne in fine le pilleur, au point qu’il est obligé de le déguiser.

Pillages et pilleurs sont les mamelles de tous les conflits. C’est en cela que les socialistes sont porteurs de guerre, qu’ils se baptisent chrétiens, communistes, national-socialiste, Lepéniste ou sociaux-démocrates, c’est leur destin.

Il n’y a que le libéralisme pour favoriser la paix, mais il suppose que chacun s’accepte pour ce qu’il vaut. C’est là que réside la difficulté du libéralisme.

Bien cordialement. H. Dumas

Henri Dumas

A propos Henri Dumas

Que les choses soient claires, je n'ai jamais triché fiscalement. Cela indiffère le fisc, qui considère que ses intérêts immédiats sont supérieurs à ceux de la survie de l'entreprise. C'est ainsi qu'il est capable de redresser et de tuer à partir de données relatives telles que des provisions, des évaluations de stock, des refus de déduction ou de récupération de TVA que le chef d'entreprise a pu gérer en toute bonne foi dans le cadre de ses responsabilités légitimes. De la sorte, alors qu'il est consentant vis à vis de l'impôt, respectueux des règles fiscales, l'entrepreneur peut se trouver, du fait de la cupidité du fisc, exposé lors d'un contrôle fiscal à des redressements qui, suivis des moyens de coercition démesurés du fisc, vont le paralyser, ruiner la confiance de ses partenaires et, finalement, le détruire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (3 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *