UNE RENCONTRE QUI CHANGE TOUT

Lorsque l’association « Contribuables Associés » m’a informé qu’elle avait eu connaissance de mon blog, j’étais seul, terriblement seul.

Une des souffrances lourdes du « contrôlé fiscal » est la solitude. Pire que la solitude, le regard des autres.

La plupart des gens ne payent pas d’impôt sur le revenu, paradoxalement moins ils en paient plus ils ont  de haine pour ceux qui en paient  à leur place. Alors, lorsqu’ils ont connaissance d’un « payeur d’impôt » déclaré « fraudeur fiscal » leur joie est à son comble. Lorsque, comme moi, vous décidez de casser l’omerta  des services fiscaux et de donner à lire le comportement dictatorial de ce service de l’Etat, son impunité, ses méthodes d’un autre temps, vous récoltez en retour insultes et ironie vengeresse.

Le contact avec le rédacteur en chef du Cri du contribuable fut pour moi une bouffée d’oxygène. Enfin la possibilité d’évoquer la réalité des excès, à peine imaginables, des services fiscaux.

Et, cerise sur le gâteau, en avançant dans la discussion, le constat des synergies évidentes qu’il y a entre l’action connue de l’association « Contribuables Associés » dénonçant les gabegies étatiques et le combat à venir pour obtenir des pouvoirs publics, français ou européen, une modification substantielle de l’organisation des contrôles fiscaux pour en éradiquer la violence, la souffrance, et introduire les garanties nécessaires à l’équité.

Il faut rétablir confiance et respect entre les services fiscaux et les contribuables. Le monde est fait d’individus très différents, certains aiment gagner de l’argent, d’autres y attachent moins d’importance où sont peut être moins prédisposés à ce sujet. L’idée, qui a souvent cour, d’éradiquer ceux qui s’intéressent à l’argent pour obtenir un monde meilleur est stupide. Il serait tout aussi stupide, pour un pays, de se séparer de ceux qui aiment jouer football, de les éradiquer, et ensuite d’avoir la prétention de présenter une équipe de football nationale. Tout le monde comprend cela, alors que pour les compétences de ceux qui savent gagner de l’argent il n’y a que mépris. De tous ces problèmes nous reparlerons, tout au long de la vie de ce blog, dont, grâce au « cri du contribuable » l’audience, non seulement augmente, mais touche des personnes capables d’analyser et de comprendre ce que ce blog évoque.

Le lien: http://www.lecri.fr/2011/01/19/%C2%AB-le-fraudeur-fiscal-est-le-bouc-emissaire-de-la-faillite-financiere-de-notre-pays-%C2%BB/21645

Cordialement. H. Dumas

Henri Dumas

A propos Henri Dumas

Que les choses soient claires, je n'ai jamais triché fiscalement. Cela indiffère le fisc, qui considère que ses intérêts immédiats sont supérieurs à ceux de la survie de l'entreprise. C'est ainsi qu'il est capable de redresser et de tuer à partir de données relatives telles que des provisions, des évaluations de stock, des refus de déduction ou de récupération de TVA que le chef d'entreprise a pu gérer en toute bonne foi dans le cadre de ses responsabilités légitimes. De la sorte, alors qu'il est consentant vis à vis de l'impôt, respectueux des règles fiscales, l'entrepreneur peut se trouver, du fait de la cupidité du fisc, exposé lors d'un contrôle fiscal à des redressements qui, suivis des moyens de coercition démesurés du fisc, vont le paralyser, ruiner la confiance de ses partenaires et, finalement, le détruire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (Votez pour cet article)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *