Va-t-on vers une société totalitaire ?

Hannah Arendt dans son ouvrage « Le système totalitaire » dit ceci : « Les mouvements totalitaires sont des organisations de masse d’individus atomisés et isolés. Par rapport à tous les autres partis et mouvements, leur caractéristique la plus apparente est leur exigence de loyauté totale, illimitée, inconditionnelle et inaltérable, de la part de l’individu qui en est membre ».

Ensuite, se basant sur l’étude des cas « Staline et Hitler », elle décortique leur prise de pouvoir, puis l’organisation de ce pouvoir.

Elle pense que pour qu’un système totalitaire s’installe, il faut d’abord que les classes sociales traditionnelles soient déstructurées. Puis, qu’une connivence de destruction totale des classes sociales existantes s’établisse entre une partie de la masse populaire (qu’elle appelle « populace ») et l’élite.

Concernant l’analyse « Staline-Hitler« , elle fait démarrer le processus totalitaire à la guerre de 1914, quand la bourgeoisie ne peut pas réfréner le désir de guerre et de destruction totale qui s’empare de l’aristocratie et de cette partie des masses populaires, qui se sentent humiliées, justement par la bourgeoisie. Ces sentiments perdurent et s’amplifient jusqu’à la déflagration de 1940.

Une fois cette destruction réalisée, le régime totalitaire remplace toutes les structures bureaucratiques existantes par des éléments dépendant directement de sa pensée, sans programme préétabli, de telle sorte que la fidélité au régime remplace partout le droit ou la réflexion. La nouvelle bureaucratie ainsi créée est inaccessible à l’idée de justice, d’humanité, elle est exclusivement obéissante. Chaque individu, face à cette organisation, ne peut qu’adhérer ou s’isoler.

Je suis convaincu par cette explication, sans nier pour autant qu’il puisse y en avoir d’autres.

Qu’en est-il aujourd’hui ?

On peut dire que les classes moyennes ont remplacé ce qu’il était convenu d’appeler la bourgeoisie, cette classe sociale tampon entre l’élite et les masses populaires.

La classe moyenne est issue pour sa plus grande part de la masse populaire, dont elle prétend se distinguer par le mérite. Elle lorgne en direction de l’élite, dont elle pense que seul le hasard la sépare.

La classe moyenne, comme anciennement la bourgeoisie, est un ensemble mou. Elle n’a pas la vigueur de ses ambitions collectives. Elle doit sa réussite à la valeur personnelle de ses membres, qui ont tendance à privilégier l’action personnelle, sans pour autant être capables d’aller jusqu’à l’emploi de la force pour défendre collectivement ce fonctionnement.

La classe moyenne est fragile, non structurée, alors qu’elle est l’aboutissement justifiant une organisation sociale démocratique, notre organisation sociale.

Prévoyante, la classe moyenne peut s’adapter aux périodes difficiles. Mais, alors, elle peut devenir une variante d’ajustement pour l’élite et la « populace » qui tous deux détiennent le pouvoir, l’une parce qu’elle est aux manettes, l’autre parce qu’elle est la partie de la masse qui n’a peur de rien.

Lorsque commence la déstructuration de la classe moyenne, ses réserves, son individualisme, lui permettent de tenir longtemps. Mais, il arrive un moment où sa situation lui parait désespérante, sans issue, où les valeurs auxquelles elle croit, qui lui permettent d’être ce qu’elle est, ne sont plus en vigueur.

Nous en sommes là.

La théorie d’Hannah Arendt voudrait que la classe moyenne bascule dans le nihilisme, la désespérance totale qui l’entrainerait à souhaiter un débouclage par l’explosion du système social actuel. Cette explosion serait le fait d’une alliance entre l’élite et la « populace ».

Cela suppose un discrédit total de l’élite actuelle. Convenons que ce n’est pas le plus improbable. Puis, son remplacement par une élite capable de s’entendre avec la « populace » pour exploser les classes sociales actuelles. C’est l’énigme et le risque mortel des élections à venir.

Si ce cas de figure se réalisait, on peut imaginer que cela passerait ensuite par la négation de tout ce qui fait actuellement l’organisation de notre pays, notamment par une rupture avec le pacte européen qui corsète et pérennise l’organisation sociale actuelle.

L’indépendance nationale retrouvée, la nouvelle élite et la « populace », qui seraient au pouvoir, n’ont aucune chance de voir se régler les problèmes économiques. Ceux-ci ont toujours été la spécificité de la bourgeoisie, aujourd’hui des classes moyennes, qui sont ce quelles sont, justement, du fait de leur adaptation naturelle à l’organisation économique, qui demande à la fois liberté personnelle et acceptation de son organisation. Une ambiguïté que les classes moyennes négocient naturellement.

Malmenées socialement et politiquement, les classes moyennes ne se battront pas, ce n’est pas dans leurs gènes. Mais elles deviendront improductives, ça c’est dans leurs gènes, provoquant alors la ruine économique totale.

C’est alors que la nouvelle élite pourrait, à loisir, introduire la folie totalitaire dans la bureaucratie, en prenant pour motif l’intérêt économique du pays, en flattant les intérêts individuels de la « populace ».

Dans ces conditions, l’alliance entre l’élite et la « populace » parait parfaitement possible, la dérive totalitaire de notre pays n’est pas utopique, mais plutôt objectivement probable.

Cerise sur le gâteau

La partie déshumanisée de la bureaucratie, qui sera essentielle à l’alliance « élite-populace » pour installer le totalitarisme, existe déjà : c’est Bercy.

Bercy est un expert hors catégorie pour atomiser et isoler les individus, ses fonctionnaires sont d’une loyauté totale, illimitée, inconditionnelle et inaltérable, dès qu’il s’agit de piller les individus au profit de l’Etat, toutes qualités nécessaires aux régimes totalitaires, selon Hannah Arendt.

Donc, je crois sincèrement que le risque de dérapage totalitaire existe, gravement. A moins que les classes moyennes, contrairement à leur personnalité profonde, prenant conscience de leur réalité collective, se révoltent brisant les chaînes dans lesquelles l’élite et la « populace » tentent de les emprisonner.

La révolte fiscale et la prise de Bercy seraient un premier pas dans la bonne direction.

Bien cordialement. H. Dumas

RAPPEL :  MOBILISONS NOUS.  SIGNEZ LA PETITION.  (colonne à droite)

Henri Dumas

A propos Henri Dumas

Que les choses soient claires, je n'ai jamais triché fiscalement. Cela indiffère le fisc, qui considère que ses intérêts immédiats sont supérieurs à ceux de la survie de l'entreprise. C'est ainsi qu'il est capable de redresser et de tuer à partir de données relatives telles que des provisions, des évaluations de stock, des refus de déduction ou de récupération de TVA que le chef d'entreprise a pu gérer en toute bonne foi dans le cadre de ses responsabilités légitimes. De la sorte, alors qu'il est consentant vis à vis de l'impôt, respectueux des règles fiscales, l'entrepreneur peut se trouver, du fait de la cupidité du fisc, exposé lors d'un contrôle fiscal à des redressements qui, suivis des moyens de coercition démesurés du fisc, vont le paralyser, ruiner la confiance de ses partenaires et, finalement, le détruire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (1 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *