VOTONS UTILE…. VOTONS « RICHES »

Les élections présidentielles se présentent de la façon suivante: d’un côté une bande emmenée par Copé, de l’autre une autre bande emmenée par Moscovici. Chaque bande a un champion dont l’unique activité consiste à serrer des mains, sourire et lire des discours tout prêts (appris par cœur).

Bien plus loin, ailleurs, quelques candidats dont les préoccupations sont strictement personnelles, nous n’en parlerons pas.

Mais, dites-moi, ces deux bandes, se sont exactement les mêmes. Toutes les deux viennent de « L’ENA-BERCY » et  y retourneront après.

Cela mérite une explication.

Lorsqu’une société est dogmatique, livrée à une pensée unique, elle a une organisation pyramidale et les intelligences qui la composent vont naturellement vers le sommet de la pyramide. Cette règle est immuable. Chez nous le dogme est « l’égalité », le sommet est « L’ENA-BERCY ».

Ces intelligences ont naturellement tendance à renforcer le dogme. Voir sur ce sujet les siècles de scolastique. Mais attention, comme la beauté, l’intelligence n’est qu’un atout. Certes fort,  mais un simple atout. Qui plus est, un atout trompeur qui peut permettre les plus grandes erreurs. Comme par exemple celle qui consiste à relier des faits sans prendre en compte la partie invisible de leur source, inaccessible à l’intelligence.

Par exemple, l’intelligence peut croire que l’athlète court le 100 m en moins de 10 s pour une médaille. Rien n’est moins vrai. En  réalité, l’athlète vit une passion qui tend toutes ses forces vers ce but : moins de 10 s. Cette passion détermine son style, sa foulée, sa volonté, son engagement. La médaille n’est pour lui que la preuve de la reconnaissance par les autres de son engagement dans cette passion.

Oui, La passion et l’imagination sont les deux vrais piliers de l’humanité, bien avant l’intelligence qui n’est que leur outil.

D’autres exemples étaient possibles, tels que la musique, la peinture, etc…Pour moi qui chante faux et entends mal la musique (je ne peux repérer les variations), la musique est un bruit. Plus ou moins agréable évidemment, mais un bruit. Il suffit de lire « Corps et âme » de Frank CONROY ou encore « La Rivière et son secret » de Zhu Xiao-Mei, pour comprendre la puissance des forces  de  passion et d’imagination qui s’emparent de celui qui vit intégralement la musique.

Non, la musique n’est pas qu’un bruit, pas plus que la peinture n’est que de la couleur ou l’athlétisme que de la transpiration.

Et, nous y arrivons, n’en déplaise aux abrutis : l’économie ce n’est pas que du fric.

L’économie est faite, avant tout, de passion et d’imagination. De ce fait, elle ne peut pas se développer dans une société dogmatique. Comme les arts ou le sport elle ne vit que dans la liberté. L’économie ne peut s’épanouir que dans le libéralisme.

Ses champions, les riches, ne courent pas après le  fric, comme nos « dogmateurs » voudraient le faire croire. L’argent est pour eux un outil en premier lieu, puis, comme la médaille pour le sportif, un signe de reconnaissance de leur compétence.

Les « dogmateurs » stigmatisent les apparences, exacerbent les jalousies, uniquement pour protéger le dogme et son pouvoir. Ils ne veulent pas d’une société libérale, ils ne veulent pas la liberté pour tous, elle doit se cantonner à eux, à eux seuls.

Hélas, les  dogmes  s’imposent par la force, l’intolérance, ils ne disparaissent que par la faillite et dans la misère qu’ils portent inévitablement en eux, puisque ils étouffent structurellement l’économie en étouffant la liberté.

En attendant cette faillite, si comme moi vous êtes un libéral, passionné par l’économie, que faire lors de ces élections présidentielles où nous n’avons le choix qu’entre le pire et le pire ?

Que faire pour ceux qui rêvent de participer à l’aventure économique, qui en ont la passion ? Pour ceux qui rêvent d’être riches ?

Dont la puissance du rêve, jamais atteint pour la plupart d’entre eux, suffit à créer la richesse pour tous, bien plus efficacement que le partage imposé par nos champions de « L’ENA-BERCY », « dogmateurs » de l’égalité arbitraire.

Je ne sais pas vous, mais moi mettre dans l’urne un bulletin blanc, je trouve cela humiliant. C’est accepter le fait que la démocratie nous a trahi, que notre choix de vie n’est pas représenté. Par ailleurs, ne pas aller voter c’est ne pas exister.

Alors, je vous propose de mettre dans l’urne le bulletin ci-dessous (dimensions 10,4 X 14,8). Si tous ceux qui aiment la liberté utilisaient ce bulletin, nous serions en tête au premier tour et ferions bégayer « L’ENA-BERCY ». Mais, faut pas rêver.

Cordialement. H. Dumas

 

 

Bulletin pour le

CANDIDAT DU R.P.P.R.

 

(Parti pour la

Recherche, la Promotion  et la Protection des Riches)

Henri Dumas

A propos Henri Dumas

Que les choses soient claires, je n'ai jamais triché fiscalement. Cela indiffère le fisc, qui considère que ses intérêts immédiats sont supérieurs à ceux de la survie de l'entreprise. C'est ainsi qu'il est capable de redresser et de tuer à partir de données relatives telles que des provisions, des évaluations de stock, des refus de déduction ou de récupération de TVA que le chef d'entreprise a pu gérer en toute bonne foi dans le cadre de ses responsabilités légitimes. De la sorte, alors qu'il est consentant vis à vis de l'impôt, respectueux des règles fiscales, l'entrepreneur peut se trouver, du fait de la cupidité du fisc, exposé lors d'un contrôle fiscal à des redressements qui, suivis des moyens de coercition démesurés du fisc, vont le paralyser, ruiner la confiance de ses partenaires et, finalement, le détruire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (Votez pour cet article)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *