Cette nouvelle monnaie numérique totalement traçable par le Fisc

On nous parle régulièrement des monnaies numériques (crypto monnaies) de type Bitcoin et j’ai déjà eu l’occasion d’en parler ici etpour dire tout le mal que j’en pensais !

Ce sont des actifs totalement incorporels, autrement dit des riens ne reposant sur rien, se réduisant à une ligne informatique perdue dans un serveur …. Mais ce sont des actifs générant actuellement une spéculation effrénée puisque le Bitcoin a atteint 29.000 $ (cours du 31 décembre) !

Le problème est que, désormais, les Etats commencent, eux aussi, à s’y intéresser sans que l’on puisse réellement en connaître les raisons …

En effet, l’€, monnaie utilisée quotidiennement, est déjà numérique à 80% puisque vos avoirs en banque se limitent à une ligne informatique, et qu’avec l’épidémie savamment administrée par les petits hommes gris de l’Etat fonctionnaire, les paiements par carte bancaire sans contact ont doublé.

Le cash a pratiquement disparu de la circulation.

Qu’est-ce qui peut donc bien justifier un tel intérêt alors qu’il n’y aucune pénurie de monnaie ?

Pour répondre à la question, il faut se demander quel est le but poursuivi en n’oubliant jamais que les petits hommes gris de l’Etat n’ont qu’un fantasme : contrôler toujours plus la population !

Quand on a compris le but, on comprend mieux tout l’intérêt d’une telle monnaie car qu’est-ce qui permet le mieux de contrôler une population si ce n’est de contrôler l’utilisation que celle-ci fait de l’argent.

Conclusion : Pour contrôler la population, il suffit donc de contrôler les flux d’argent alors que nous savons que les petits hommes gris de l’Etat détestent le cash parce que son usage n’est pas traçable. Dans leur esprit, le cash n’est pas synonyme de souplesse mais seulement de fraude fiscale puisque, par définition, toute transaction en espèces qui n’est pas déclarée échappe au contrôle de l’Etat c’est à dire, en fait, à sa taxation !

Ils n’ont donc de cesse d’agir pour que le cash disparaisse et qu’il soit remplacé par des systèmes de paiement traçables.

La carte bancaire remplit partiellement ce rôle puisque le Fisc peut savoir que vous avez payé tel jour, telle somme, à telle personne mais il lui faut pour cela consulter le dossier de chaque personne (par le biais de la banque) ; ce qui veut dire qu’il faut déjà nourrir des soupçons à propos de cette ou de ces personnes.

Autrement dit, la procédure actuelle est lourde et parcellaire et relève, pour utiliser une expression judiciaire, de la pêche au filet dérivant dans le cadre d’un contrôle fiscal !

Or, la « révolution » de la monnaie totalement numérique, de type Bitcoin, est la block Chain, c’est à dire un système de cryptage à code unique qui permet une avancée technologique faisant changer la nature de la monnaie bien au-delà de ce que vous pouvez imaginer !

En effet, chaque Bitcoin est affublé d’un code unique qui le rend traçable et insusceptible de fraude !

Il suffirait donc d’affubler chaque € des mêmes caractéristiques pour arriver au résultat recherché !

Ce jour-là, une fois qu’on en aura fini avec les bons vieux billets de banque anonymes, vous ne pourrez plus payer le voisin qui vient tondre votre pelouse ou bricoler chez vous sans passer par la case URSAFF.

Vous ne pourrez jamais plus acheter quoique ce soit de manière anonyme !

La nouvelle monnaie numérique est un rêve d’étatiste mais ne constitue que la suite « logique » de l’utilisation de la technologie qui a permis la reconnaissance faciale, la traque sur internet, la lutte contre la fraude fiscale ; le tout au nom de la lutte contre la haine en ligne ou le terrorisme…

Avec cette nouvelle monnaie entièrement numérique, le paiement ne pourrait se faire que par le biais d’un smartphone ou d’un appareil similaire dédié ; toute transaction étant associée à l’identification des appareils ayant servi à sa réalisation.

Chaque € serait incrémenté d’un code unique et le paiement ne pouvant se faire que de smart phone à smart phone grâce à ce code unique, il serait donc possible d’en suivre le chemin de smart phone à smart phone au fur et à mesure de sa circulation !

Quel intérêt pour le fisc de savoir que tel € est passé de Monsieur A à Monsieur B puis à Madame C ?

Aucun, parce qu’il faut voir plus grand et raisonner en termes de flux de trésorerie !

Le fisc pourrait alors suivre le circuit de chaque € en quelque main qu’il se trouve et retracer sans aucune erreur possible tous les flux d’argent vers telle ou telle personne et si une personne reçoit en peu de temps mille paiements de 50€, nul doute que cela va attirer l’attention !

Avec ce nouveau type de monnaie, plus besoin de cibler une personne, il suffit d’entrer le code de l’€ pour le voir circuler de personne à personne et de retracer les flux de trésorerie sans aucune fraude possible ; y compris pour payer de la drogue ou des prostitué(e)s, transactions pour lesquelles le cash est pour l’instant roi !

Or, on sait que les services fiscaux se sont lancés dans l’utilisation de l’intelligence artificielle, dans des conditions d’ailleurs particulièrement opaques, mais on peut supposer qu’avec ces nouveaux moyens, ils pourront cerner les mouvements de capitaux et effectuer tous les recoupements utiles préalablement à de jolis redressements associés à des procédures pénales qui seront largement médiatisées (histoire de conscientiser la population !).

Autrement dit, le jour où ce sera mis en place, les petits hommes gris de l’Etat fonctionnaire auront atteint le nirvana de la surveillance fiscale et c’en sera définitivement fini de notre liberté !

Subsistent à ce jour trois difficultés :

  • Tout le monde n’a pas un smart phone mais on peut équiper les personnes qui n’en ont pas d’un appareil spécifique dédié ; tout le monde aujourd’hui a une carte bleue !
  • Il faut des capacités de calcul énormes qui vont consommer beaucoup d’énergie, mais les petits hommes gris de l’Etat sauront prendre les mesures nécessaires pour faire passer leurs priorités avant … celles des autres !
  • Il faut que les autres pays de la zone € décident d’une mesure similaire et de l’abandon du cash ; ce qui n’est pas pour tout de suite notamment en raison du fait que certains pays (Allemagne, Espagne) sont très attachés à l’usage de billets de banque. Néanmoins, du fait de l’explosion des dettes publiques avec l’aventure du Covid, il se pourrait que même les Etats les plus récalcitrants soient intéressés par la possibilité de taxer la circulation de la monnaie !

Evidemment, alors que certains demandent d’ores et déjà la mise en place du passeport sanitaire pour ceux qui refuseraient de se faire vacciner, on peut supposer que le stade suivant sera un crédit social similaire à celui mis en place en Chine ; c’est à dire qu’on pourra bloquer votre appareil de paiement pour vous empêcher de réaliser certaines transactions si … vous n’êtes pas sage !

Il y a quelques années, alors que je discutais avec un ami à Paros (ile milieu de la mer Egée), celui-ci s’évertuait à m’expliquer que le régime chinois ne pouvait pas durer bien longtemps parce que c’est une dictature et qu’aucune dictature ne peut tenir sur la durée. A un moment ou à un autre, les populations finissent toujours par se révolter !

L’Histoire va effectivement plutôt dans le sens de cette opinion mais l’astuce des dirigeants chinois est que cette dictature a changé de nature et que les moyens numériques permettent aujourd’hui de faire ce que les services secrets de RDA ou d’URSS n’ont jamais pu réaliser : le contrôle total et absolu de toute la population !

Nous allons donc bien vers une sinisation de notre société (et non l’inverse) … avec un contrôle de tous, tout le temps et pour tout !

La France était un enfer fiscal et à l’avenir ce sera … bien pire et les prévisions de G Orwell (1984) et Huxley (le meilleur des mondes) sont d’ores et déjà largement dépassées !

Evidemment, si vous posez la question aux autorités « compétentes », il vous sera répondu qu’il s’agit là d’une vision complotiste et que rien de ce genre n’est envisagé.

Mais n’oubliez jamais deux choses :

-la pratique des petits hommes gris de l’Etat fonctionnaire a été de manière constante d’augmenter les contrôles et les contraintes sur la population,

– les promesses sont faites pour n’engager que ceux à qui elles sont faites et surtout qui y croient !

Et le jour de sa mise en place, ils sauront nous présenter tous les avantages de cette nouvelle monnaie qui remplacera l’ancienne !

Ne restera plus alors, pour ceux qui refuseront de se laisser enfermer dans un tel carcan, que le troc pour échapper au radar de l’administration fiscale comme il y a … 2.500 ans, l’usage de métaux précieux tels que l’or ou l’argent en pièces ou au poids ou in fine l’utilisation, sous le manteau, d’une monnaie étrangère (de type US dollar) !

Sacré progrès !

Bonne année à tous !

Licence de publication : La reproduction de cet article est autorisée à condition de le reprendre en totalité, d’en rappeler l’auteur et le site originel de publication.

Dominique Philos

A propos Dominique Philos

Navigateur, né en 1958, après un DEA de droit commercial de l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne, je suis devenu Conseil Juridique, spécialisé en droit des affaires et fiscalité. L'Etat ayant décidé l'absorption des Conseils juridiques par les avocats, j'ai poursuivi mon activité en tant qu'avocat en droit fiscal et droit des sociétés spécialisé ... en divorces ; jusqu'à ce que je sois excèdé par les difficultés mises à l'exercice de mon activité professionnelle. J'ai démissionné du Barreau en 1998 et partage désormais ma vie entre la France et la Grèce. Européen convaincu, persuadé que le libéralisme est la seule option possible en matière économique, soucieux du respect des libertés individuelles, je suis un libertarien qui déteste l'Etat et son administration tentaculaire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (7 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

5 réflexions au sujet de « Cette nouvelle monnaie numérique totalement traçable par le Fisc »

    1. Sauf que le système sera extrêmement sécurisé pour éviter de telles fuites qui ne pourront venir que de l’intérieur !
      N’oubliez pas que le but est la traque fiscale et non pas de faire les premières pages de Voici !

  1. eCash avait l’inconvénient de ne pas être décryptable par les outils de l’époque : donc fureur des banques et des états de ne pas pouvoir y fourrer leurs sales nez ! David Chaum a donc été acculé à cesser ses opérations sous leurs assauts, intimidations et autres menaces . . .

  2. Oui et le plus terrible c’est que ce sont les plus pauvres, la masse qui tombent dans le panneau des moyens de paiement virtuels et traçables : style carte bleue, compte Nickel et autres.

    Pour quelles raisons ?

    – Parce qu’ils n’ont aucune culture économique et bancaire, c’est tout juste s’ils savent ce qu’est un livret A pour certains. Le PEA n’en parlons pas, mais les “grattograts” de la Française des jeux en revanche ils connaissent par coeur. Un ami informaticien qui travaille dans un casino m’a expliqué que les clients affluent en début de mois dès le versement du RSA …Et ne comptons pas sur les gauchistes du mammouth pour redresser la situation. Je connais une bibliothèque municipale d’une certaine importance puisqu’elle comporte pas moins de 30000 ouvrages dans laquelle il est impossible de trouver le moindre livre sur la bourse. Ai-je besoin de préciser qu’elle se situe dans une ville socialiste ?

    – Parce que posséder une carte de paiement ou mieux de crédit leur donnent l’impression d’avoir du pouvoir surtout si cette carte est dorée ou argentée (étonnant qu’aucune banque n’est encore eu l’idée d’imprimer la photo d’un Ronaldo ou autre footeux sur les CB,ça pourrait se facturer cher, manque de connaissance du bas peuple sans doute). Et tant pis si la carte en question leur coûte plus cher que les espèces (point n’est besoin de dire que la CB est facturée, tout comme le compte de dépôt alors les espèces et le livret d’épargne ne le sont pas).

    – Parce qu’utiliser un moyen de paiement virtuel leur donne l’impression d’être moderne. Souvenez vous de l’engouement pour les chèques dans les années 70 et 80. Ce que je pouvais pester quand je devais attendre à la caisse d’un supermarché que le plouc devant moi règle quelques 35 Francs d’achat avec son chéquier tout neuf alors qu’il aurait plus vite fait de sortir quelques pièces de sa poche et qu’il n’aurait pas eu à donner son identité.

    – Parce qu’ils sont pauvres et que les contrôles fiscaux cela ne les concernent pas et qu’ils se fichent donc d’être tracés, mais ce qu’ils n’ont pas compris c’est que la perte de liberté concerne d’abord toujours les autres et malheureusement le jour où l’on est atteint soit même il est trop tard pour se défendre (le couvre-feu à 18 heures, ce n’est pas par chez moi pour le moment, donc pas besoin de protester). Et le jour où ils s’apercevront qu’ils ne peuvent plus grappiller un peu de sous en travaillant au noir ou acheter du tabac de l’autre côté de la frontière pour leur usage personnel ou le revendre, quand ils ne pourront plus truander la CAF ou pire revendre leurs larcins pour ceux qui sont vraiment malhonnêtes, quand leurs moindres faits et gestes seront connus et dirigés par l’état et ses fonctionnaires et bien ce sera encore une fois la faute des riches.

    La masse aveugle entraine toujours avec elle le peu de gens éclairés. Le mal est déjà fait avec le prélèvement de l’IR à la source ou l’impossibilité de payer les impôts locaux autrement que par prélèvement automatique sur un compte bancaire.

    1. Je partage entièrement vos vues !
      Le jour où le crypto€ sera mis en place (et il le sera un jour l’autre) c’en sera fini de nos libertés !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *