Comment E. Macron a-t-il pu se tromper à ce point ?

Le président va parler aux français et tenter de rattraper une situation qui lui a complètement échappé.

Au début de la contestation, E. Macron avait bien proposé que l’on ouvre des discussions avec la ferme intention d’enterrer le problème dans des considérations fumeuses et au besoin en récupérant le mouvement. Seulement, l’ampleur et la profondeur du mouvement ont été complètement sous-estimées et cette manoeuvre n’a pas marché car les gilets jaunes n’ont pas été dupes !

La question qu’on peut donc légitimement se poser est celle-ci : comment E. Macron et son gouvernement ont-ils pu se tromper au point d’amener toute une partie de la population à descendre dans la rue ?

La raison principale tient essentiellement au constat suivant : La compétitivité économique de la France est en perte constante de vitesse et nous ne cessons de dégringoler dans les classements mondiaux. Cela tient au fait que les prix de revient des entreprises françaises (en ce compris les salaires) sont trop élevés pour la gamme de produits fabriqués (moyenne gamme) ; ce qui fait qu’elles ont beaucoup de mal à être compétitives et que le tissus industriel ne cesse de se déliter depuis 30 ans et qu’il est aujourd’hui l’un des plus faibles de l’UE (avec la Grèce).

E Macron, qui n’ignore bien évidemment rien de la situation réelle du pays, a donc décidé d’engager des réformes pour redonner de la compétitivité aux entreprises françaises et, ce faisant, a reconnu leur rôle fondamental dans l’économie.

Il a donc décidé, dans le cadre d’une logique complètement technocratique non dénuée de cynisme, sans toutefois l’annoncer clairement, de procéder à un ajustement structurel, ayant pour but transférer un certain nombre de charges des entreprises vers les ménages.

Pourquoi un ajustement structurel ?

Quand la France avait sa propre monnaie, elle pouvait se permettre d’adopter une « politique monétaire » laxiste ; expression destinée en fait à masquer la réalité de ce qu’on est obligé d’appeler des manipulations monétaires et spécialement des dévaluations qui permettaient de récupérer, par le biais de la diminution de la valeur de la monnaie et d’un appauvrissement sournois des français, les marges de compétitivité perdues du fait de la dérive des dépenses publiques et des coûts. Le gouvernement pouvait décider d’augmenter le SMIC de 5% et ensuite de dévaluer de 10% le mois suivant !

Avec l’€, toute dévaluation est devenue impossible et il ne reste donc que la seule issue de la réduction des coûts ; ce que l’on appelle restaurer la compétitivité/coût.

Autrement dit, il a décidé d’engager des réformes pour alléger la fiscalité des entreprises … en alourdissant la fiscalité des ménages.

– du coté des entreprises :

Il a décidé de pérenniser le CICE sous forme de réduction de charges (Le montant n’est d’ailleurs pas innocent puisqu’il s’élève à 20 milliards €) et d’organiser un transfert de certaines charges sociales vers la CSG qui n’est rien d’autre qu’un impôt sur le revenu bis.

Il a fait voter aussi une loi modifiant, à la marge, le droit du travail … sans que ces modifications aient une incidence sérieuse sur le fonctionnement des entreprises.

– du côté des ménages :

On sait qu’il a supprimé l’ISF (transformé en un impôt sur la propriété immobilière) afin de rassurer les classes les plus aisées qui se sont souvent expatriées pour échapper à une fiscalité excessive. Il espère donc clairement leur retour en France dans le but du rapatriement de plusieurs milliards € qui seraient réinvestis dans l’économie française.

Mais cet allègement ne concerne en fin de compte qu’un nombre limité de personnes et leur retour apparaît par ailleurs plus qu’hypothétique eu égard à l’instabilité fiscale chronique et au fait que la fiscalité sur le capital demeure encore extrêmement lourde (l’une des plus élevées d’Europe).

La principale mesure à destination des ménages a donc été, après la réduction des APL, d’alourdir la CSG, avec au passage la décision de sacrifier les retraités. Mais on ne fait pas d’omelette sans casser des œufs ; n’est-ce pas ?

L’autre mesure a été d’alourdir fortement la fiscalité écologique en utilisant de manière plus qu’insistante l’argument d’une « urgence climatique » qui justifierait de lever de nouveaux impôts ; pour la bonne cause, puisqu’il s’agit ni plus ni moins que de sauver la planète !

On peut se poser légitimement la question de savoir pourquoi le levier fiscal a été actionné dans le sens de l’écologie.

Nul doute que cette idée est partie d’un double constat qui ouvrait deux options :

Encore alourdir la fiscalité alors que l’impôt direct est très mal accepté par la population (53% des français ne paient pas d’impôt sur le revenu). L’idéal était de mettre en place une taxe sur la consommation et surtout sur la consommation de produits dont on ne peut pas se passer. La facilité étant le propre de l’homme (y compris politique), il est devenu évident que l’énergie (carburant, fuel de chauffage, gaz, électricité) était l’archétype du produit indispensable facile à taxer puisqu’utilisé par tous et qu’on ne peut absolument pas s’en passer ; il n’y avait qu’à utiliser le subterfuge écologique avec lequel on a conditionné la population depuis 30 ans et dont on pensait, en haut lieu, qu’il était bien accepté par la population. Le rendement fiscal est colossal puisque évalué à 65 milliards € par an et, vu sous cet angle, le sacrifice de la partie de la population la plus pauvre n’a pas pesé lourd dans la balance !

Réduire la pression fiscale et les dépenses publiques d’un même montant. Cette option a été délibérément écartée d’abord parce que ce n’est pas dans les habitudes d’une haute fonction publique qui a toujours été habituée à résoudre tout nouveau problème par la création d’un nouvel impôt mais aussi parce qu’elle aurait été très mal acceptée par les fonctionnaires eux-mêmes (on risquait de se heurter à des mouvements sociaux organisés par les syndicats institutionnels) alors que l’Etat est devenu l’otage de ses fonctionnaires mais aussi par l’ensemble de la population dans l’hypothèse d’une réduction des aides sociales qui sont souvent financées par l’impôt.

Cette orientation de la politique fiscale présentait évidemment des incohérences qui n’ont toutefois pas arrêté le gouvernement.

L’argument écologique est un non sens absolu puisqu’on demande notamment à la population la plus pauvre d’adopter un comportement vertueux dont elle n’a pas les moyens ; alors que ceux qui ont les revenus les plus élevés ont les moyens de ne pas avoir ce comportement vertueux !?! (Quand on gagne 15.000 € par mois ce n’est pas un problème d’avoir une voiture qui consomme 9 litres d’un carburant à 1.60€/litre alors que cela devient insupportable pour un employé payé au SMIC et qui doit utiliser sa voiture tous les jours pour aller travailler).

La possibilité d’acheter une voiture électrique fiscalement subventionnée n’est ouverte qu’à des populations aisées eux égard à leur prix d’achat (Tesla model S à 53.000 € ou Audi e-tron à 83.000 €). Les français les plus pauvres n’ont donc pas de solution de rechange !

La future interdiction du diesel (futur contrôle technique des fumées d’échappement à compter du 1er janvier 2019) va entraîner une augmentation de la consommation de produits pétroliers puisque les voitures à moteur essence consomment structurellement plus que les voitures à moteur diesel (jusqu’à 50%) ; ce qui est anti écologique. Toutefois, cela permettait de « relancer » la collecte des taxes sur le carburant puisque plus les voitures brûlent d’essence plus l’Etat collecte d’impôts.

Accessoirement, cette mesure avantageait outrageusement les urbains, qui sont par ailleurs la fraction de la population la plus aisée, alors qu’ils bénéficient aussi de transports en communs dont l’usage est par ailleurs subventionné à hauteur de 50 à 75%.

Le gros défaut de cette « politique » est que le secteur public est resté totalement en dehors du champ de toute réforme car, sur ce point, il faut bien reconnaître que l’action d’E. Macron se résume à … rien. David Cameron, lorsqu’il était premier ministre du RU, a supprimé 900.000 postes de fonctionnaires en 3 ans. En Grèce, les salaires des fonctionnaires ont été divisés par 2 et un grand nombre d’entre-eux a été purement et simplement licencié !

Le fond du problème est, qu’en France, la haute fonction publique, principale bénéficiaire de cette situation n’a jamais voulu qu’on s’attaque au montant des dépenses publiques et au coût de fonctionnement dispendieux de l’Etat, en dérive constante.

Vous l’avez compris : Cette solution a été retenue parce qu’elle permettait de faire payer le plus grand nombre, sans issue de secours, en comptant sur la soumission de la population et sans que la fonction publique se trouve au milieu de réformes douloureuses qui auraient probablement provoqué le blocage de l’Etat par ses fonctionnaires. Autrement dit, c’est par pure lâcheté que les vraies réformes ont été repoussées.

Alors, certes, on ne connaît pas encore la nature des déclarations qu’E. Macron va faire ce soir alors qu’aucune de ses promesses électorales n’a été remplie et que la situation du français moyen, celui qui représente la majorité de la population et qui vote, s’est dégradée ; mais les pistes sont les suivantes :

Au niveau politique :

– sa démission est une hypothèse extrêmement peu probable, ce serait un aveu d’échec,

– la dissolution de l’assemblée est tout aussi improbable car il est pratiquement certain que ses députés LREM ne seraient pas réélus et qu’il se trouverait en situation de cohabitation impuissante jusqu’à la fin de son mandat ; ce qui ne serait qu’une variante de la première hypothèse,

– Il est par contre probable qu’il annonce un changement de politique et de premier ministre. C’est un grand classique sous la Vème république pour faire croire qu’on va faire autre chose … en continuant à faire la même chose ; le changement d’homme étant juste un marqueur pour frapper l’opinion. Cette hypothèse est sans risque pour lui surtout qu’il va essayer de faire porter le chapeau des échecs à son premier ministre (il est fait pour ça) ; la difficulté étant toutefois de trouver l’homme adéquat, c’est à dire susceptible de tenir ses troupes mais sans trop de personnalité pour ne pas s’opposer au président,

Au niveau économique et fiscal :

Il est très peu probable qu’il se lance dans de vraies réformes en ce qui concerne les coûts de fonctionnement de l’Etat par peur de mouvements sociaux ; d’autant plus que ce n’est pas ce que demandent les gilets jaunes.

Il va falloir qu’E. Macron se lance dans une partie de bonneteau fiscal de haute voltige pour faire avaler la pilule surtout que les revendications des gilets jaunes sont financières (le fric, il y en a, il n’y a qu’à le prendre là où il est) (sic) alors que les français attendent beaucoup (trop) de l’Etat et, forcément, sont déçus. Car l’Etat, malgré les promesses, ne peut pas tout, mais il est vrai que, comme l’Etat se mêle de tout, il est considéré comme responsable de tout !

Il se contentera donc de promettre de distribuer de l’argent qu’on n’a pas et de creuser un peu plus le déficit ; au risque d’entrer en conflit avec Bruxelles tout en fragilisant encore plus la situation du pays.

On a d’ailleurs une petite idée des mesures qu’il va proposer/décider :

L’augmentation du SMIC semble pour l’instant exclue, eu égard à ses effets collatéraux sur l’emploi, mais cette question pourrait être contournée par le biais de la distribution d’aides diverses à hauteur de 15 milliards €.

Il aurait aussi l’intention de demander aux entreprises de financer une prime mobilité afin d’atténuer l’augmentation du prix de l’énergie car, bien qu’annulée pour l’instant, il est évident que cette taxe carbone fera sa réapparition ultérieurement. Cette prime serait donc payée par les entreprises et ne coûterait rien à l’Etat ; mais c’est une habitude de celui-ci que de faire payer par les autres sa démagogie clientéliste. On en a un bon exemple avec le prélèvement de l’impôt sur le revenu à la source.

On pense enfin qu’il va récupérer des marges de manœuvre budgétaires en rognant très sérieusement sur le CICE ; c’est à dire qu’il va supprimer une bonne partie des réductions de charges des entreprises.

Il va aussi reporter la réduction de l’impôt sur les sociétés (actuellement le plus élevé d’Europe).

C’est-à-dire qu’en fin de compte, il va faire exactement … l’inverse de ce qu’il faudrait faire ; mais la politique a ses raisons que la bonne gestion d’un pays ignore …

Reste, pour E Macron,  à “espérer” que cela calmera la contestation; mais cela on ne peut pas en être sûr !

E Macron devait faire de la politique autrement ; à aucun moment, cela n’est arrivé. On continue donc à faire de la politique « comme toujours » !

La réalité est malheureusement que nous avons su pousser si loin le bouchon de la dette et de la spoliation fiscale qu’un retour en arrière apparaît désormais pratiquement impossible alors que nous avons atteint pratiquement le maximum de la dette acceptable et que les français ont atteint le maximum de la spoliation fiscale acceptable.

Tous les pays de l’UE, à l’exception de la France et de l’Italie, ont engagé des réformes structurelles afin d’alléger le poids de l’Etat et nous allons en payer le prix. Car, un ajustement structurel est obligatoire et inévitable, tout comme une réforme de l’Etat et de ses coûts mais E. Macron n’aura évidemment pas le courage de le dire et encore moins de le faire.

Ne restera à la fin que la solution de faire défaut sur la dette et de quitter l’UE et la zone € afin de retrouver des marges de compétitivité par le biais d’une dévaluation de la monnaie … au prix d’une diminution du niveau de vie des français de 50% !

Car, toute chose à un prix !

Bien cordialement à tous !

 

 

Dominique Philos

A propos Dominique Philos

Navigateur, né en 1958, après un DEA de droit commercial de l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne, je suis devenu Conseil Juridique, spécialisé en droit des affaires et fiscalité. L'Etat ayant décidé l'absorption des Conseils juridiques par les avocats, j'ai poursuivi mon activité en tant qu'avocat en droit fiscal et droit des sociétés spécialisé ... en divorces ; jusqu'à ce que je sois excèdé par les difficultés mises à l'exercice de mon activité professionnelle. J'ai démissionné du Barreau en 1998 et partage désormais ma vie entre la France et la Grèce. Européen convaincu, persuadé que le libéralisme est la seule option possible en matière économique, soucieux du respect des libertés individuelles, je suis un libertarien qui déteste l'Etat et son administration tentaculaire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (5 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

7 réflexions au sujet de « Comment E. Macron a-t-il pu se tromper à ce point ? »

  1. Décryptage des moyens de réduire la dépense publique en France . Sujet intéressant=
    Florentin Collomp (correspondant du Figaro à Londres), Jean-Philippe Delsol (président de l’IREF) et Armelle Bohineust (service économie du Figaro) décryptent les moyens de réduire la dépense publique. Sujet intéressant, Cliquez pour écouter la suite= http://video.lefigaro.fr/figaro/video/depense-publique-comment-la-reduire/6010117879001/

  2. Quel est le D’Artagnan qui va s’attaquer à la refonte du Code des Impôts?
    Il n’est pas encore né si j’ai bien compris…et pourtant ce serait une tâche prioritaire…et de salut public!
    Mais voilà le gouvernement n’a cure de cela…il a d’autres choses à faire…
    L’Etat d’urgence fiscal me semblerait indispensable pourtant….pour mettre de l’ordre et par la même occasion un peu de bon sens et de justice sociale…
    Et le pite est venir quand il va falloir financer les migrantrs sur la base de l’accord de Marrakech…car c’est écrit en toutes lettres..ils auront droit aux mêmes avantages que les français en matière de SS,chômage,RSA,droit au logement ,aux allocations qui vont avec,etc…etc…..
    .L’addition va être très très lourde….et de plus pas question de leur imposer nos us et coutumes….ce serait du racisme .;et L’ONU ce machin, nous le rappelle…
    Par contre nous devrons respecter les leurs….Dès lors nos droits républicains ne vont pas tarder à voler en éclats.;et le communautarisme va devenir la règle… la suite? Vous l’imaginez..aisément….
    Une véritable bombe à retardement qui va nous péter à la figure…
    Merci qui?

  3. Pour moi le responsable est la structure de Bercy qui a trop de pouvoir . Le politique ne fait que parler et il ne réfléchit plus , c’est Bercy qui réfléchit à la place des élus. Du vécu !
    Il faut avoir un projet et l’élu doit l’imposer, c’est que je nous avons fait à Marseille de 1989 à 1995 en réduisant le déficit sans augmenter les taxes et autres impôts. Pour Bercy les Taxes et impôts sont devenus le chiffre d’affaire de l’ETAT Français et non une valeur de solidarité .

    Comme vous le savez Cher Henri ,je suis un ancien élu adjoint au Maire à l’économie de 1989 à 1995 avec Mr Robert Paul VIGOUROUX Maire de Marseille. Le Maire Mr Robert Paul VIGOUROUX a voulu rassembler en 1987 dans son équipe d’élus des citoyens venant de tous les horizons comme Mr Emmanuel Macron a essayé de le faire non sans mal avec trop d’ancien élus . J’ai accepté après réflexions sur les conseils avisés de Mr Jacques Chaban-Delmas (ami comme Gaston Defferre de ma Famille des résistants de 1940 à 1945) . J’étais issu de société civile sans esprit partisan, et, nous avons redressé non seulement les comptes et la gestion de la ville mais réduit les déficits sans augmenter les taxes (c’est possible).

    RÉSUMÉ SYNTHÉTIQUE Comme Elu Adjoint au Maire de Marseille Délégué à l’économie DES CHANGEMENTS OU CREATION DE 1989 À 1995 sans augmentation de taxes seulement par la gestion en bon père de famille=
    Projet Euro méditerranée, création Direction Economique CPEM, aide aux créateurs TPE et Micro entreprises, Intégration des Thésards en PME, Rencontre suivi et développement Partenariat avec la ville de LYON, Développement International et en particulier Canada, Afrique du Sud (rencontre avec Nelson MANDELA et Frédéric DECLERC) et Asie , Australie, rencontre au plus haut niveau pour aider les PME et vendre les savoir-faire Marseillais, Création Communauté de commune (18). Politique d’Aide au développement d’Initiative, Redressement des finances de la ville en particulier réduction de la masse salariale (moins 3000 personnes en 6 ans(nos successeurs se sont empressés de les augmentés de 5000 et les augmentations de taxes ont suivi) , redressement des finances des sociétés d ‘économie mixte. Développement de projet structurant tant sur le plan économique que sur la sécurité ; comme le Centre de BIOTHIQUE, EUROMEDITERANEE, WORLDMED, GRAND LITTORAL, Grande Bibliothèque Euro-Méditerranéenne (dont le projet a été réduit au régional par nos successeurs) , Plan de rénovation urbain de tous les immeubles à restaurer( Joliette, Noailles..etc), CHATEAU GOMBERT(nouvelles technologies de l’information), Crié Saumaty Pêche informatisé …….etc, en conclusion un Témoignage de la Société d’économie mixte SOMIMAR pour illustrer mes propos cliquez sur le lien pour lire = http://injustice.blog.free.fr/public/SOMIMAR_remerciement_1995_.pdf.pdf
    Photos représentatives sur facebook sur Mon histoire en particulier activité politique en résumé = Cliquez ici : https://www.facebook.com/media/set/?set=a.1085369410867.2013544.1125356334&type=1&l=76b6df04

    A la ville de Paris il y a 20% de + de fonctionnaires en 10 ans (suivant article du POINT) , mais toutes les Grandes villes ou certaines villes moyennes sont aussi en sureffectif . Les partis Politiques se nourrissent de nos impôts et nourrissent leurs adhérents .

    Beaucoup trop de Politiques continuent à dépenser sans compter , ils ne veulent pas réduire non seulement les privilèges mais les déficits. Trop de gabegie pas la peine de vous les rappeler..
    En France pour les élus Réfléchir sur l’économie c’est difficile , c’est pourquoi la plupart des irréfléchis disent que l’économie c’est difficile et laisse faire l’administration qui défend ses intérêts .

    Par exemple si le prix des loyers augmentent , c’est que les taxes et impôts augmentent sans limite et leurs répercutions sont sur les loyers , et des abrutis irréfléchis se demandent pourquoi les loyers augmentent.
    En Allemagne les loyers sont 2 voir 3 fois moins cher. D’ailleurs quand les journaleux comparent les salaires des français avec l’Allemagne , ou la Suisse ils mentent , car il faut analyser le pouvoir d’achat. L’augmentation des loyers c’est le fait que les taxes augmentent en particulier et que le pays est devenu un pays de rentiers, lié au tourisme. Le tourisme de masse développe la rente et fait monter aussi les loyers . Ils n’y a plus ou peu d’industrie comme en Allemagne et les salaires baissent. La concurrence des pays européen à faible salaire et l’immigration tirent les salaires vers le bas. Très peu d’élus d’ailleurs investissent dans des TPE-PME, ils investissent dans l’immobilier et la rente aucune prise de risque. Dans les déclarations de patrimoine des élus je n’ai pas souvenir qu’ils ont investi dans des TPE-PME .

  4. Chaque fois que quelqu’un (qui?) recrute un fonctionnaire, assimilé ou collatéral, il engage définitivement l’état à dépenser une moyenne de 3 6000 000 € !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *