Coronavirus : Sanitaire versus Economique

Première interrogation

Le sanitaire doit-il être préservé au détriment de l’économie qui façonnait jusqu’alors nos habitudes, notre « Rat Race » – un genre de boulot-dodo et superflus que l’on peut se payer en quelques sortes ?

Quand on compare les différents épisodes épidémiques de Dame Nature à travers notre histoire. L’économie prévalait, que les plus faibles disparaissent et que : Les chiens aboient et la caravane passe. C’est ainsi que cela a fonctionné à travers les âges.

Et ceci révèle toute la fragilité de nos sociétés policées et optimisées, car plus elles le sont, plus elles se révèlent fragiles.

La France est un parfait exemple dans le domaine avec son principe de précaution inscrit dans sa 5ème Constitution, l’antithèse de la non-règle de l’évolution qui nous préconise de nous protéger tout en nous empêchant.

Notre France en a fait d’autres par le Droit du Travail épais comme un Larousse, toutes les normes écologiques qui ralentissent et qui même détruisent des évolutions technologiques majeures qui nous assuraient une énergie à bon marché. Je pense ici au Nucléaire.

Bref, on peut dresser une liste dans le registre aussi longue que des kilomètres d’autoroute.

Alors le sanitaire doit-il prévaloir sur l’économie ?

Vous observez différentes réactions à travers des pays développés et comparables suite à ce phénomène de Covid-19 : Blocage de l’économie partiel ou total ?

L’épicentre du capitalisme est les Etats-Unis. Son devenir va être très intéressant à observer.

Deuxième interrogation

Le protectorat de l’Etat français dérivant très loin de ses seules prérogatives régaliennes – Sécurité de nos citoyens à l’intérieur et vis-à-vis de l’extérieur, justice des mêmes intra et extra-muros, et plus par notre diplomatie pour nous compromettre ou pas, où nous entremettre ou pas vis-à-vis tout ce qui dépasse nos frontières.

Cet Etat français, une abstraction d’élites zélotes qui a franchi les limites d’une démocratie déstructurée, abêtie, sevrée par des slogans récités par les anathèmes de ses coursiers, la presse aux ordres et son EdNat.

Le paquebot France coule mais pas tout de suite. La plupart de nos concitoyens continuent de danser encore sur ce pont lustré de cette musique de l’orchestre officiel, malgré une gîte vers un fond sensible.

Ce qui a de bien dans cette histoire de Covid-19, c’est deux choses :

– Il est le catalyseur d’une industrie financière gonflée à l’hélium qui ne devait que s’effondrer par tant de tangibles intangibles ;

– Il est le catalyseur aussi de ce qui nous occupe, c’est-à-dire le super Etat français dont nous sommes les contribuables, pour enfin par son effondrement, nous permettre de le soumettre à la question.

Sommes-nous capables de faire table rase de ces incompétents et incapables qui nous dominent de plus en plus et que nous détestons de plus en plus ?

Troisième interrogation

L’après cette crise, car il y aura un après. « Usual as Business ? » C’est très probable. Car je ne suis pas du tout convaincu que les soumis reprendront le dessus sur les prédateurs.

Sauf si l’indigence et la première strate de la « Pyramide de Maslow » s’installe et s’étale.

Mais pour lesdits prédateurs, il y a encore la théorie du complot pour effrayer un peu plus, voir éradiquer. Car les chemins de notre histoire génocide non par la nature mais par les hommes sont plus légions.

Bien à vous

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (6 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

3 réflexions au sujet de « Coronavirus : Sanitaire versus Economique »

  1. Les conneries c’est comme les impôts, on finit toujours par les payer, Michel Audiard

    La France est un pays extrêmement fertile: on y plante des fonctionnaires et il y pousse des impôts, Clémenceau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *