FACTURE D’ELECTRITE, L’EXEMPLE TYPE DE L’IMPOT VASELINE.

Définition :
L’impôt vaseline est la spécialité de nos énarques de Bercy qui ne sont pas génés de faire un impôt (ou taxe) sur l’impôt précédent. il suffit de changer l’intitulé…
Comme son nom l’indique l’impôt vaseline est invisible, sauf si on le regarde de près. Il est camouflé sous des initiales ou phrase sans queue ni
tête, incompréhensibles pour le commun des mortels  ou auparavant, en fonction de l’impôt vaseline ( ou taxe vaseline) il a été enfumé par une campagne imparable « pour le bien commun ».

 

Lire calmement….. si  possible.

> > Pour celles et ceux qui  n’ont pas encore renoncé à comprendre leur facture d’énergie électrique , cela nous est expliqué avec poésie!

> > C’est fascinant, une facture  EDF: belle comme une page de Verlaine, elle contient presque autant  de  lignes qu’un sonnet de Ronsard.

> > À la  base, le gros monopole d’État vend des kilowatts/heure et le client, tous  les deux mois, paye ce qu’il a consommé.
> > Exactement comme chez le  boucher : je choisis une escalope, il la pèse, je paye le prix affiché et je repars avec une «facture» en réalité un ticket – qui ne comporte qu’une  seule ligne.

> > Alors, pourquoi la facture  EDF est-elle si copieuse?
> > On y trouve le prix du  kilowatt/heure 9,09 euros pour 100 kWh, qui passera à 9,32 euros après l’augmentation estivale de 2,5 %.

> > Jusque-là, rien que de très  normal.

> > Les gâteries viennent immédiatement après.

> > D’abord, EDF facture un  abonnement! On se demande bien pourquoi!

> > Lorsque j’achète l’escalope, je ne suis abonné à rien : j’ai, en face de moi, un commerçant qui vend ce  dont j’ai besoin,nous faisons affaire et c’est tout.
> >  Non!…

> > Avec EDF, même en quasi  monopole, faut s’abonner !
> > et ce n’est pas négligeable:  11,6 euros par mois, soit 140 euros par an.
> > Depuis août 2011,  l’abonnement a augmenté de 22 %. Puis, viennent les taxes!
> > Ah! Les taxes…
> > Le mal français !!!!!!! Oh, pardon, une seule taxe et deux «contributions».

> > La contribution, c’est plus  sympa, ça fait plus «social»; pour un peu, on serait heureux de s’en  acquitter, alors que la «taxe»… Beurk!

> > Cela commence par la TCFE, la taxe sur la consommation finale d’électricité.

> > C’est quoi, la consommation finale ? Y a-t-il une consommation initiale?

> > Personne ne sait pourquoi cette taxe existe, même pas EDF, qui se borne à dire que ce prélèvement est  reversé aux collectivités territoriales et à l’État (qui détient pourtant 84,5 % du capital du mastodonte).

> Depuis août 2011, elle a augmenté de 16 %, soit 4 % par an.

Arrive ensuite la  merveilleuse CSPE, la contribution au service public  d’électricité.
Moi qui croyais ingénument  que je contribuais à ce service en me contentant d’acheter du courant électrique!

> > Eh bien, non ! En fait, cette  CSPE sert, entre autres, à compenser le coût exorbitant auquel EDF s’est  engagé à acheter l’électricité des petits malins qui se sont équipés de photovoltaïques ou d’éolien.
En août 2011, elle était de 9 % du coût de la consommation ; elle en pèse aujourd’hui 21,5 %.
À ce  rythme, elle représentera la moitié de notre facture dans trois  ans.

On est parti joyeusement sur la belle voie rectiligne tracée par les taxes sur les carburants.
Puis vient enfin,  toute menue, toute discrète, la CTAE, contribution  tarifaire d’acheminement électrique car, contrairement au boucher vendeur d’escalope, EDF vous apporte votre achat à domicile contre la modeste somme de cinquante euros par an.

> > C’est alors que surgit la TVA. Sur la consommation, au prix fort de 20 % : là aussi, c’est courant! Mais également sur les taxes !

> Chez EDF, les taxes sont taxées! À 20 % (CSPE, TFCE) ou à 5,5 % (CTAE)!
 
Et le meilleur pour la fin  :

EDF prélève un pourcentage de tout ceci, 1% , pour son CE (Comité d’entreprise) 
Elle est pas belle la vie pour certains  ?

Mais nous sommes dans une  république égalitaire !

 Impigeable, mais  poétique, vous dis-je…”

Article déjà paru sur le site le 24 août 2016.

Maintenant en plus de l’abonnement, déjà critiquable, une super taxe vaseline : la taxe d’acheminement qu’ils ont délayé avec l’abonnement.
Nous avons toujours la taxe sur la consommation finale d’électricité TCFE.
La taxe est belle et ne veut rien dire, ce qui en fait une véritable œuvre d’art du langage énarque bercynien.
Nous trouvons encore et toujours les contributions (forcées)
1)Au service public d’électricité CSPE
2)Tarifaire d’acheminement électricité CTA (quid de la taxe d’acheminement payée avec l’abonnement ?)
La Contribution Tarifaire d’Acheminement (CTA) finance le régime spécial ultra favorable d’assurance vieillesse des personnels des entreprises de l’industrie de l’électricité et du gaz.
Cela veut dire que EDF n’ayant pas les moyens de payer les retraites de ses employés, c’est au client d’y pourvoir !
Et, cette cotisation sociale qui ne dit pas vraiment son nom est assujettie à la TVA !Néanmoins, dans sa grande générosité, l’Etat n’applique qu’une TVA à taux réduit (5.5%) sur la CTA. (Précisions de Dominique Philos)


Bien sûr Bercy prend aussi de la TVA sur les taxes.

La vaseline coule à flots continus, pondu quotidiennement par Bercy, qui lui aussi  sert directement ses pauvres énarques accablés de travail.
(https://www.temoignagefiscal.com/bercy-lempire-du-mal-et-la-citadelle-de-tous-les-abus/)

La France est aussi championne du monde des prélèvements…

(https://www.temoignagefiscal.com/liste-des-impots-et-taxes-en-france-prenez-votre-souffle-et-votre-temps-calez-vous-bien-sur-votre-fauteuil/)

Autres précisions de “lol lol”:

Petite subtilité sur votre facture l’énergie consommée n’est plus comptabilisée en kilowatt-heure mais en kilovoltampère-heure.

Explication : les anciens compteurs à roue mesurent la consommation apparente d’électricité en kilowatt-heure, les nouveaux compteurs électroniques (les blancs de chez Landis et Gyr ou les tout récents Linky) mesurent la consommation réelle d’électricité en kilovoltampère-heure.

C’est assez technique mais il peut y avoir une grande différence entre les deux types de consommation. Cela dépend en fait de l’impédance des appareils électriques branchés sur le réseau .

Il existe en effet une loi physique (c’est comme ça pas la peine d’ester en justice pour essayer de la changer) qui veut qu’un appareil électrique alimenté par un courant alternatif a non seulement une résistance pure mais aussi une capacitance et une inductance. La somme des trois, nombre mathématique imaginaire, est appelé impédance. On parle aussi de cos Phi ou de facteur de puissance à ce sujet.

Je n’entre pas dans les détails mais en gros avec un ancien compteur si vous alimentez pendant une heure un éclairage de 1000 watts (lampes à incandescence pas les néons) ou un moteur de 1000 watts (par exemple un lave-linge ou réfrigérateur ou congélateur), vous serez dans les deux cas facturé 1 kilowatt-heure.

Mais si vous avez un nouveau compteur, vous serez toujours facturé 1 kilowatt-heure pour une heure d’utilisation d’un éclairage incandescent de 1000 watts mais pas pour un moteur électrique de 1000 watts, car celui-ci consomme en réalité plus que sa consommation apparente de 1000 watts ne le laisse supposer. Avec un cos phi d’environ 0.65 (cas usuel pour un moteur) vous pouvez vous attendre à une facturation de 1,5 kilowatt-heure soit 50% de plus !!!

Si votre contrat est assez ancien (et il est bien prévu dessus une facturation en kilowatt-heure) et si votre compteur est aussi ancien, votre consommation mesurée et facturée sera bien en kilowatt-heure (bien qu’il soit indiqué kilovoltampère-heure sur votre facture) mais dès qu’EDF vous installera un compteur moderne vous serez facturé en kilovoltampère-heure alors que votre contrat ne le prévoit pas !!!

C’est une façon vicieuse pour EDF de gratter quelques sous supplémentaires voire même de faire exploser votre facture (cas du marchand de glace par exemple qui utilise de gros congélateurs en été mais qui n’a pas besoin de s’éclairer).

Merci qui ?

E.Bolling

Bolling Emmanuel

A propos Bolling Emmanuel

Emmanuel Bolling a été condamné le 12 janvier 2016 par jugement contradictoire à l'égard d'Anne Béot, inspectrice des impôts de Paris 18eme et partie civile. Emmanuel Bolling a été relaxé du chef de diffamation publique. Il a été reconnu coupable du chef d'injure publique envers fonctionnaire publique pour son article du 15 décembre 2014 sur le site témoignagefiscal.com intitulé "certain de leur impunité, rien n'arrête les agents du fisc". Il a été condamné à verser à Madame Anne Beot 500€. Emmanuel Bolling était un des créateurs et des dirigeants de la Discothèque LA LOCOMOTIVE à Paris. Ouverte fin 1986, décédée asphyxiée par le fisc fin 2009(RIP). Elle subira en huit ans trois contrôles fiscaux. 1992, 1996, 2000. E.Bolling contestera le deuxième (1996). Cette contestation justifiée entraînera immédiatement de la part de Bercy une série sans fin de saisies diverses étranglant son entreprise pour finir par la ruiner. Relaxée de l’accusation de « dissimulation de recettes » par le tribunal correctionnel de Paris en 2002, le fisc n’en continuera pas moins à poursuivre LA LOCOMOTIVE et ses dirigeants de son acharnement, pour les mêmes motifs, comme si de rien n'était... En 2014, après 18 ans de procédure, de procès et d’appels (gagnés ou perdus) dont la liste serait des plus ennuyeuse, E.Bolling et ses associés, ruinés, se battent toujours pour que l’on reconnaisse ce redressement pour ce qu’il est : un abus fiscal caractérisé. Il a initié deux nouvelles procédures devant le T.A.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (7 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

7 réflexions au sujet de « FACTURE D’ELECTRITE, L’EXEMPLE TYPE DE L’IMPOT VASELINE. »

  1. Les politiques et l’assemblée nationale depuis 1970 ont ruiné et détruit l’économie de la France. A méditer =« M. Charles de Gaulle aurait dit : « Je n’aime pas les communistes parce qu’ils sont communistes, je n’aime pas les socialistes parce qu’ils ne sont pas socialistes, et je n’aime pas les miens parce qu’ils aiment trop l’argent. »

  2. Petite subtilité sur votre facture l’énergie consommée n’est plus comptabilisée en kilowatt-heure mais en kilovoltampère-heure.

    Explication : les anciens compteurs à roue mesurent la consommation apparente d’électricité en kilowatt-heure, les nouveaux compteurs électroniques (les blancs de chez Landis et Gyr ou les tout récents Linky) mesurent la consommation réelle d’électricité en kilovoltampère-heure.

    C’est assez technique mais il peut y avoir une grande différence entre les deux types de consommation. Cela dépend en fait de l’impédance des appareils électriques branchés sur le réseau .

    Il existe en effet une loi physique (c’est comme ça pas la peine d’ester en justice pour essayer de la changer) qui veut qu’un appareil électrique alimenté par un courant alternatif a non seulement une résistance pure mais aussi une capacitance et une inductance. La somme des trois, nombre mathématique imaginaire, est appelé impédance. On parle aussi de cos Phi ou de facteur de puissance à ce sujet.

    Je n’entre pas dans les détails mais en gros avec un ancien compteur si vous alimentez pendant une heure un éclairage de 1000 watts (lampes à incandescence pas les néons) ou un moteur de 1000 watts (par exemple un lave-linge ou réfrigérateur ou congélateur), vous serez dans les deux cas facturé 1 kilowatt-heure.

    Mais si vous avez un nouveau compteur, vous serez toujours facturé 1 kilowatt-heure pour une heure d’utilisation d’un éclairage incandescent de 1000 watts mais pas pour un moteur électrique de 1000 watts, car celui-ci consomme en réalité plus que sa consommation apparente de 1000 watts ne le laisse supposer. Avec un cos phi d’environ 0.65 (cas usuel pour un moteur) vous pouvez vous attendre à une facturation de 1,5 kilowatt-heure soit 50% de plus !!!

    Si votre contrat est assez ancien (et il est bien prévu dessus une facturation en kilowatt-heure) et si votre compteur est aussi ancien, votre consommation mesurée et facturée sera bien en kilowatt-heure (bien qu’il soit indiqué kilovoltampère-heure sur votre facture) mais dès qu’EDF vous installera un compteur moderne vous serez facturé en kilovoltampère-heure alors que votre contrat ne le prévoit pas !!!

    C’est une façon vicieuse pour EDF de gratter quelques sous supplémentaires voire même de faire exploser votre facture (cas du marchand de glace par exemple qui utilise de gros congélateurs en été mais qui n’a pas besoin de s’éclairer).

  3. La Contribution Tarifaire d’Acheminement (CTA) finance le régime spécial ultra favorable d’assurance vieillesse des personnels des entreprises de l’industrie de l’électricité et du gaz.

    Cela veut dire que EDF n’ayant pas les moyens de payer les retraites de ses employés, c’est au client d’y pourvoir !

    Et, cette cotisation sociale qui ne dit pas vraiment son nom est assujettie à la TVA !

    Néanmoins, dans sa grande générosité, l’Etat n’applique qu’une TVA à taux réduit (5.5%) sur la CTA.

  4. Vous avez oublié la taxe pour la contribution à la retraite des agents EDF. Elle n’est pas belle la vie pour certains. En France il faut beaucoup d’humour.
    Facile de diriger des Entreprises d’ETAT ou autres , par exemple PEUGEOT dont le dirigeant a redressé cette société et tout le monde le félicite, mais PEUGEOT a oublié aussi de remercier les contribuables français qui ont garanti un prêt à PEUGEOT de 20 milliard d’€ sans intérêt et sans cela pas de redressement.
    Facile de diriger des entreprises dans ces cas en France en plus avec pour les dirigeants de ces entreprises des parachutes très dorés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *