La Covid19 ou la dictature hygiéniste (suite)

« La critique est aisée mais l’art est difficile ». C’est bien souvent le cas.

Mais alors, concernant cette « pandémie » version 2020 ou plutôt cette épidémie si l’on s’en réfère à la vraie définition du mot pandémie valide jusqu’en 2008, qu’aurait-il fallu faire ?

La réponse est nette : RIEN. C’est facile !

Avant de continuer cette discussion, il est impératif de voir cette interview de la généticienne Alexandra Henrion-Caude à un journal TV :

En toute neutralité, loin de la presse officielle, on sent cette femme sincère, parfois émue, sans complotisme qui fait le tour de manière explicative et argumentée et parfaitement compréhensible par tous, sur toutes les questions concernant la Covid19, ce que l’on en sait et les mesures prises.

Elle est un peu longue (49mn, il n’en fallait pas moins) mais vaut vraiment la peine d’être vue jusqu’au bout. Vous ne perdrez pas votre temps. J’insiste, d’autant qu’on ne s’ennuie pas du tout.

https://youtu.be/c3V6DxmOy8o

 

Voyez-vous, qu’il s’agisse de commerce, de santé, de justice, d’éducation… il s’agit en réalité d’interactions, d’échanges.

Dans un monde libre, fait d’échanges (à moins que vous soyez un ermite) et respectueux de chacun, ce vers quoi tout le monde veut tendre (je l’espère, même si beaucoup rêvent encore de privilèges…), il y a un principe de base du vivre en société qui est :

« L’échange mutuellement consenti ».

Pour qu’il puisse y avoir « échange mutuellement consenti », il y a une condition nécessaire : la parfaite information ou du moins la meilleure possible de sorte à ce que ni l’intérêt de l’échange, ni le niveau de prix, qui révèle le niveau d’utilité de cet échange en situation de concurrence, ne puissent être remis en cause.

La justice, dans la plupart des tribunaux du monde, au moins des pays évolués, on vous demande de dire la vérité, toute la vérité et rien que la vérité. S’il y a une entorse à l’une de ces trois conditions, on peut aboutir à une fausse conclusion.

Soit dit en passant, la notion de parjure n’existe quasiment pas en France, une exception, une de plus, bien française, pour le principe de la plaidoirie !

Aaaah, ça, on parle et on chante même, les deux pieds dans la merde… et on fait des leçons de morale à tout le monde !

Et c’est pour ça que la justice profite davantage aux gens malhonnêtes qu’aux gens honnêtes en général dans ce pays. Étant souvent difficile de distinguer le vrai du faux, les magistrats coupent souvent la poire en deux, et de fait, l’honnête est lésé.

Mon premier article date du 20 mars 2020. Il était un cri de colère. Entre les informations divulguées par la presse et les chiffres même officiels, il y avait une telle dichotomie que je me demande encore comment les populations peuvent être aussi naïves. Médecins compris !

Pour être honnête, à force d’écouter BFM TV, envahi par mes émotions, j’ai eu moi-même un doute pendant 2 ou 3 jours, le temps de comprendre qu’il valait mieux aller à la source des informations et les analyser moi-même plutôt que de faire confiance aux communiqués officiels anxiogènes au point de ne plus pouvoir raisonner sereinement.

Nul n’est insensible à la théorie de Goebbels : « Un mensonge répété dix mille fois devient vérité ».

Ou encore, Vladimir Lénine : « Plus le mensonge est gros, plus les gens y croiront. »

Depuis le début, dans cette affaire, le seul devoir de l’État et l’unique aurait été d’informer la population avec de vraies informations. Comme celles contenues dans la vidéo plus haut et qui ne sont pas forcément spécifiques au Covid19. Aurait-il fallu qu’ils en soient capables ? Ayant, eux-mêmes, pour certains et je n’en doute pas, beaucoup de mal à comprendre, sans doute s’imaginent-ils que la masse est trop conne pour comprendre, ce qui est sans aucun doute faux. Ben oui, dans leur esprit, il suffit d’être élu ou nominé pour être compétent. Logiquement il serait souhaitable que ce soit l’inverse, mais dans la réalité, ce n’est pas le cas. Ils sont, de fait, bourrés de certitudes, pour ne pas dire abrutis.

Seulement voilà, force est de constater que nos hommes de l’État, prétentieux comme des poux, se sont appropriés le problème, se sont fait un devoir de le résoudre, chose dont ils sont objectivement incapables. Parce que c’est tout bonnement impossible !

En revanche, étant capables de dire tout et son contraire parfois même en moins d’une semaine, ils n’ont fait que mentir. Et aujourd’hui, on doit leur faire confiance ?

Quand il n’y avait pas de masque au moment où il aurait été potentiellement plus prudent pour certains d’en avoir, quand beaucoup toussaient par exemple, ils affirmaient qu’ils ne servaient à rien.

Maintenant qu’ils ont des stocks de masques à plus savoir qu’en faire, on fait croire qu’ils vous protègent, alors qu’en réalité, mal utilisés, ils sont nocifs ! Et c’est bien le cas aujourd’hui.

Leurs informations, recommandations, règles dépendent exclusivement de ce qu’ils ont à nous vendre. Le pire, est que certains d’entre eux finissent par se convaincre eux-mêmes qu’ils font le mieux pour nous. De vrais mythomanes !

À ce sujet, je vous recommande un livre de Jean Sérisé, ancien Directeur de cabinet etc… – « La France n’est pas seule au monde ou L’apprentissage de la vérité » écrit à 95 ans avec une longue expérience, de recul, de claire voyance et de sagesse, à cet âge, il ne risquait plus rien ; il était libre. Il nous démontre que les idées politiques se façonnent voire même exclusivement parfois selon le mode de scrutin. Le même homme politique, selon deux modes de scrutin bien différents aura sur certains sujets des idées parfois diamétralement opposées. Et ils arriveront toujours à se convaincre eux-mêmes que leurs idées sont les meilleures. Et ils en sont totalement inconscients ; c’est dire s’ils en ont des idées. Elle est belle la vie !

Alors ? Si nous avions été correctement informés,

Nous nous laverions, nous ferions du sport, nous mangerions un peu plus équilibré au lieu d’acheter des conneries…, nous ne serions pas stressés… Nous aurions un système immunitaire bien plus performant…,

Les supermarchés auraient trouvé des masques en moins d’une semaine,

Les médecins généralistes, libéraux et ceux du secteur privé, cliniques, nous auraient diagnostiqué et soigné avec ce qui leur semble être le meilleur traitement adéquat en fonction de la personne (fragilités…), avec de l’hydroxychloroquine ou autres…

Et donc les gens n’auraient pas été obligé de se ruer vers les hôpitaux seuls habilités. Ils auraient été traités avant que leur charge virale ne devienne critique au point de les rendre malades à un stade avancé….

Bref, la vie aurait continué… rien des catastrophes passées ou à venir, sanitaires ou économiques, n’auraient eu lieu…, la mortalité serait restée normale…

Mais l’administration nous a interdit tout ça. Elle nous a confiné : Prison !

Et si tu as plus de 70 ans, crève chez toi !

Il n’y a plus qu’une seule maladie : la Covid19. Donc si tu as autre chose : crève chez toi.

Un point positif, les études de médecine vont être vite faites ! En 6 mois, t’es médecin dis-donc ! À condition que tu veuilles bien servir que dans le public. Ça va de soi !

Aspirine, interdit. Anti-inflammatoire, interdit. Corticoïdes, interdit. … . Covid19 ou pas. Tout traitement est interdit.

T’as le choix entre l’hôpital ou… l’hôpital. En même temps, c’est plus simple.

Heureusement que le premier mot de la devise de la république française est « liberté » !

Le drame est que c’est finalement les français qui l’ont voulu le confinement !!! Beaucoup par la peur, d’autres parce que ça les arrange…, télétravail, envie de glander, chômage-partiel (ici on touche un problème de responsabilité individuelle non assumée),…

 

Seuls les hôpitaux publics ont donc été autorisés à diagnostiquer… et en plus c’est l’administration qui décidait des protocoles…. C’est cela qui crée la crise.

Les hôpitaux ne se remplissent pas, c’est l’administration qui les remplit. Et c’est toujours le cas. Il faut que ça se voit. Ils n’ont quand même pas fait tout ça pour rien !

Derrière tout cela, en réalité, se cache entre autres, la guerre du public contre le privé, « le diable, Mme Langlois » à la Bébel dans « Flic ou voyou ».

Et après, ils se sentent obligé de travestir la vérité, tricher pour tenter de faire illusion et montrer que ce qu’ils ont fait, était évidemment le mieux.

Selon si les médecins sont frappés du syndrome « mange-cailloux »

https://www.temoignagefiscal.com/le-coronavirus-ou-le-mange-cailloux/, l’idée que l’on voit ce que l’on veut voir inconsciemment ou celui de Goebbels ou Lénine (être un « scientifique » n‘y changera rien), certains, gonflés d’un sentiment de supériorité et/ou du désir d’être un héros, vous diront que les hôpitaux sont bourrés de cas de Covid19 et les autres, plus lucides que non, bien évidemment.

Nationalisez la distribution pour voir.

Si on laisse l’administration gérer les supermarchés, en moins de 3 semaines il n’y aura plus rien dans les rayons.

Ce n’est pas que chacun des fonctionnaires individuellement sont nécessairement mauvais, c’est que le système de l’administration est mauvais. Trop lourd. Il n’est pas adapté à la vie. Avec des formulaires, des protocoles… qui n’a rien à voir avec la vraie vie.

La vie est imprévisible. L’administration aurait donc la prétention de prévoir l’imprévisible ?

Vous virez la barre à tribord et le navire mais 20 ans à tourner. C’est pire que le Titanic !

On en a la pleine démonstration ici avec la crise du Covid19.

Et plus, ils voudront la gérer et plus ce sera long et pénible.

 

Le confinement n’a eu pour conséquences que d’avoir davantage de malades, alors que beaucoup n’auraient dû être qu’asymptomatiques et de faire durer le plaisir plutôt que d’avoir une immunité collective plus rapide et donc d’avoir pour conséquence de limiter le nombre de mutants.

C’est comme pour la circulation. Plus il y a de feux rouges et stops et plus il y a de bouchons et d’accidents graves.

Bref, les élus comme les hauts fonctionnaires sont d’une prétention redoutable à vouloir s’occuper de tout le monde. Parce que, encore une fois, c’est impossible. Pour la plupart, malheureusement, ne se rendant pas compte de la difficulté de la tâche, ils ne sont en réalité que des idiots, bourrés d’illusions.

Et cette maladie, la melonite, ils la chopent parfois dès l’école. Ils ne connaissent rien à la vie mais ils vont quand vous l’expliquer ! Là pour le coup, ce serait bien s’il existait un vaccin !

Et c’est bien là aussi le vrai problème. Leur statut acquis pour un temps, pour les élus, ou à vie, pour les fonctionnaires, plutôt que de sentir investit d’un mandat, ils s’approprient le pouvoir. Se sentant supérieurs par rapport à nous les autres gueux, les dérives fascisantes apparaissent en particuliers lorsqu’ils ont une vision administrative de la vie, comme nous l’avons déjà montré précédemment.

Les effets sur l’économie ne se font pas plus attendre.

En dehors, de l’explosion de la dette, des impôts, des règles écrasantes tuant l’entreprise… se dessinent d’autres effets pervers.

Plus l’administration est puissante et plus elle standardise l’économie tentant de la rendre plus simple à gérer pour son propre compte et donc tue la diversité. Bientôt, il n’y aura plus que des monopoles et oligopoles. Avec des prises de participations de l’État, ce sera la Russie !

Vous rêviez de liberté ?

Les politiques, eux, s’attachent à faire ce qui se voit. Ils préfèreront sauver 10 000 emplois d’une seule entreprise qui doit mourir à coup de montagnes de subventions parce que ça se voit, quand bien même les mesures prisent seront au détriment de 100 000 autres emplois de PME ou TPE à moyens termes tuées par l’impôt qui va avec, parce que ça, ça ne se voit pas !

Ce n’est pas magique, ça ?!

Le fait de confier le pouvoir de décision à l’administration, par nature, ne peut donc qu’engendrer des catastrophes à plus ou moins longs termes. Quel que soit le domaine ! Santé, économie, justice, éducation… tout !

Au risque de me répéter, de mon point de vue, il vaut mieux avoir de la richesse et de la sécurité dans une apparence de bordel, que de la misère et des morts bien administrés et/ou bien rangés.

 

Mettre des masques, ça vous rend malade sans que vous ne vous en rendiez vraiment compte. Mais ça se voit, l’État prend soin de vous. Alors souriez, ça ne se verra pas !

Et puis c’est une bonne mesure servant le bon vieil adage qui dit « diviser pour mieux régner ». Si vous portez un masque pour vous protéger et bien c’est que « « l’autre » représente une menace ». Sur le plan sociologique, destructeur humainement, les doctorants n’ont pas fini d’écrire des papiers à ce sujet !

J’en profite pour vous recommander un article très court parti d’une réflexion philosophique du livre “Le siècle des dictateurs”, sous la direction de Olivier Guez.

https://www.temoignagefiscal.com/oui-macron-peut-devenir-un-dictateur/

La Covid19 servira de prétexte pour réduire encore davantage nos espaces de liberté, notamment d’expression selon la loi Avia et de tous les autres dont nous avons déjà parlé et ceux à venir…

Castex remet le couvert…

Ne l’oubliez pas, l’État est un ami qui vous veut du bien, surtout à ceux qui prétendent en être les légitimes représentants, parce que la réalité, c’est que l’État n’existe pas. Il n’y a que des hommes.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (7 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

8 réflexions au sujet de « La Covid19 ou la dictature hygiéniste (suite) »

  1. bon article merci
    ne faudrait il pas utiliser le terme coronavirus plutôt que Covid 19 qui signifie Certificate of vaccination ID 19, marque d’ailleurs déposée par Bill Gates ? L’un est médical et l’autre est le nom du plan (…)

  2. Les crétins de l’état qui voulaient montrer la supériorité du communisme sur le marché de la santé, fallait oser. Oser, la marque de fabrique des cons, et en en France, on n’en manque pas.

  3. Très bel article qui devrait donner à réfléchir mais qui malheureusement confortera uniquement les français comme moi qui sont déjà convaincus de la malhonnêteté et de l’incompétence génétique de nos hauts et petits fonctionnaires.
    Comme vous l’avez souligné, là nous aurions besoin de toute urgence d’un vaccin antiparasite…

  4. On chantaient quant on été petit (il ya +50ans)
    « La France est notre mère, c’est Elle qui nous nourrit
    Avec des pommes de terres et des fayots pourriS »…
    Cela est il différent?

  5. Confinés, nous avons eu le temps de lire, de nous informer, aussi, je vous rappelle que je suis Auditeur et membre ANAJ- INHESJ, je vous invite donc à remonter le temps par une intervention à L’ANAJ-IHEDN , Pour une” nouvelle conférence inédite : L’art de la non-décision ou comment donner l’illusion de l’action ?
    Pierre CONESA, Ancien adjoint au Directeur de la Délégation aux Affaires stratégiques , Ancien Directeur général de la C.E.I.S, Auteur de “”Surtout ne rien décider, petit manuel de survie en milieu politique” (2014), Jeudi 23 octobre 2014, 19h30 à 21h00, Ecole militaire, Amphithéâtre Desvallières” Cliquez pour lire la suite=
    https://jeunes-ihedn.org/wp-content/uploads/2014/10/ANAJ-IHEDN-CONESA-SURTOUT-NE-RIEN-DECIDER.pdf
    Et = https://jeunes-ihedn.org/conference-lart-de-la-non-decision-ou-comment-donner-lillusion-de-laction/

  6. L’état français n’est plus qu’une association de fonctionnaires en bande organisée qui pratique le racket au nom d’une pseudo-solidarité, d’une pseudo-égalité et d’un pseudo-service public.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *