La violence appelle la violence

Les derniers événements amènent à un constat implacable, la violence envahit notre société à un tel niveau qu’unanimement les responsables politiques, toutes tendances confondues, parlent de guerre.

Sauf à être complètement ignare et inconséquent, nous savons tous que lorsque la guerre se déclare elle ne se termine que par son propre épuisement, indépendamment de la volonté des parties.

Il est probable que le drame qui nous touche nous engage pour de nombreuses années de malheur et de sang.

Le propre de la guerre est sa subjectivité qui fait que chaque belligérant se croit tour à tour plus fort que son ennemi, pour peu qu’il vienne de mener une attaque qu’il imagine toujours déterminante. Ainsi, d’escalade en escalade, l’objectif final de la guerre se précise : c’est la disparition totale de l’autre, c’est l’inhumanité absolue.

D’un désaccord fâcheux, ou d’un conflit de pouvoir, nous passons, par la guerre, au meurtre illimité.

Daech, qui n’est que la résultante actuellement la plus apparente d’une pensée de masse qui touche des millions d’hommes, croit probablement que sa force est profonde et légitime, même si ses moyens barbares nous paraissent fous alors que dans leur contexte local ils ne sont que banals. Quand bien même Daech disparaitrait, aussitôt cette pensée réapparaitrait sous une autre nomination.

Au-delà de ces généralités, force est de constater que des soldats actifs de cette guerre sont parmi nous, permettant l’importation du conflit et la riposte maladroite et présomptueuse de nos élus qui alimente l’engrenage fatal.

Comment en est-on arrivé là ?

L’histoire, faite de l’analyse des opinions, le dira. Aidons-la, modestement, en exprimant notre opinion parmi l’océan des autres.

Un des ressorts de la violence, individuelle ou de masse, est le constat que les choses ne se passent pas comme cela avait été promis ou désiré. La frustration générée par un tel constat débouche immanquablement sur la violence.

Je ne suis pas assez compétent pour analyser les ressorts de la frustration qui, au Moyen Orient, ont abouti à Daech, ni quelle est notre part de responsabilité dans ce processus.

Par contre, en ce qui concerne les soldats de Daech présents chez nous, j’ai mon idée.

Depuis de nombreuses années nos hommes de l’Etat, de tout bord, pratiquent la promesse démagogique. Les champions étant incontestablement les socialistes.

D’un homme de l’Etat on devrait pouvoir attendre la vérité, et un encouragement pour l’affronter puisque c’est le destin des hommes sur la terre. Au lieu de cela, nous avons été abreuvés de fausses promesses et de visions de la société idylliques, irresponsables et irréelles — Notons au passage que les “promettants” se sont personnellement largement servis —

C’est ici que les graines de la violence ont été semées, sur l’utopie, leur engrais a été le mensonge.

L’édifice social ainsi créé abrite en son sein la violence et la destruction.

Dès le départ.

Pour donner une illusion de vérité, l’utopiste socialiste doit employer la violence. Il est tenu de contraindre tous ceux qui perçoivent ses falsifications et tous ceux dont il vole l’énergie pour faire naître l’illusion.

Nos socialistes ont donc adopté la violence :

– en stigmatisant par la parole ou les écrits tous ceux qui osent dénoncer leurs mensonges.

– en pillant par l’impôt ceux qui, ne croyant pas à leur fumisterie, travaillent et économisent avec l’idée de sécuriser leur passage matériel sur terre.

Malgré cela.

Ou, à cause de cela, le fantasme socialiste rencontre fatalement un jour la réalité.

Ce jour là, ceux qui ont cru en ses promesses sont totalement dépourvus, désarmés devant le mur de la réalité. Ne sachant le franchir, ils trépignent, se montent la tête entre eux, refusent de voir leur propre impuissance liée à leur inaction.

Une immense frustration s’empare de certains, ils sont murs pour la violence.

On aurait pu espérer.

Face à ce résultat, somme toute ordinaire, les fautifs pourraient faire amende honorable.

On pourrait rêver que, Hollande en tête, les socialistes acceptent l’échec de leurs promesses irréelles, donnent leur démission, avoue la supercherie et confie le pouvoir à des “hommes intègres” qui mettraient alors chacun face à ses responsabilités.

Outre le fait que ces “hommes intègres”, à l’heure actuelle, ne se sont pas fait connaître, ce n’est pas le choix d’Hollande et des siens.

La violence entraine la violence.

Pour le socialiste, nourri de la violence dès le début, elle est une nécessité naturelle.

C’est donc sans aucune retenue que les socialistes vont porter au Moyen Orient la violence aveugle des bombardements intensifs.

En dehors de se rassurer sur leur virilité, espèrent-ils ainsi casser le cycle de la violence ? Sont-ils suffisamment sots pour ne pas percevoir qu’ils vont atteindre le but exactement inverse ? Croient-ils vraiment éradiquer à coup de bombes la frustration de ces millions de personnes ?

Hélas, toujours bercés par la mélodie du mensonge socialiste nous allons devoir subir maintenant la violence dans un pays cadenassé, où la perspective d’attentats à intervalles réguliers sera notre lot de tous les jours.

Nous avons perdu la sécurité, nous allons gagner un Etat policier.

Certes, pour l’instant, il cible une catégorie bien particulière de citoyens que l’on nous décrit marginaux. Mais, demain, à la suite de son échec annoncé, cet Etat policier sera tentaculaire. Ceux qui se réjouissent aujourd’hui de la poigne policière, pleureront demain sur leur infortune, leur liberté disparue.

Tel est le devenir du mensonge, de l’illusion, du refus de voir la vie telle quelle est avec son cortège d’injustice et de douleur, de difficulté et de potentialité d’échec.

Au terme de cette guerre, comme d’habitude – car ce n’est pas la première fois –, le socialisme disparaîtra, il ne sera même pas là pour contempler les décombres de son utopie, ni pour assister ceux qui vont en être les victimes.

Et pourtant ils sont intelligents les socialistes, mais ils se la pètent tellement…. Surs qu’ils sont de détenir la vérité et d’avoir pour mission de l’imposer aux autres.

Bien cordialement. H. Dumas

Henri Dumas

A propos Henri Dumas

Que les choses soient claires, je n'ai jamais triché fiscalement. Cela indiffère le fisc, qui considère que ses intérêts immédiats sont supérieurs à ceux de la survie de l'entreprise. C'est ainsi qu'il est capable de redresser et de tuer à partir de données relatives telles que des provisions, des évaluations de stock, des refus de déduction ou de récupération de TVA que le chef d'entreprise a pu gérer en toute bonne foi dans le cadre de ses responsabilités légitimes. De la sorte, alors qu'il est consentant vis à vis de l'impôt, respectueux des règles fiscales, l'entrepreneur peut se trouver, du fait de la cupidité du fisc, exposé lors d'un contrôle fiscal à des redressements qui, suivis des moyens de coercition démesurés du fisc, vont le paralyser, ruiner la confiance de ses partenaires et, finalement, le détruire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (5 votes, moyenne : 4,80 sur 5)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *