LE DÉBUT OU LA FIN

Le mouvement des Gilets Jaunes n’en finit pas d’être soupesé, analysé, décortiqué, sans qu’au terme de toutes ces études ou simples opinions ne se dégage une idée nette de ce qu’il serait ; et ce n’est pas fini.

Cette bousculade explicative fait que l’on peut y aller de son idée sur le sujet sans être taxé de prétentieux, puisqu’on est qu’un parmi tant.

Voici donc ce que j’en pense.

J’ai déjà eu l’occasion de le dire, je fais appel à mon vécu de 1968, dernier grand virage pris en dérapage plus ou moins contrôlé par les habitants cet étrange pays que l’on appelle la France.

Mai 1968 n’était pas le début d’une contestation mais sa fin. Il s’agissait de se révolter contre l’ordre moral, officiel censeur de nos vies alors. Il en restera cette maxime virale “Il est interdit d’interdire”.

Disons-le, Mai 1968 se justifiait pleinement, ceux qui ont connu la censure, la vraie, savent à quel point elle dévore l’esprit, tue la créativité, rend la vie impossible.

La révolte contre la censure de l’ordre moral commença dès 1960 en réaction à la rigidité du Général De Gaulle, surtout à celle de son environnement.

En Mai 1968 la pensée de cette révolte était suffisamment aboutie pour qu’elle apparaisse au grand jour. Dès les premières barricades levées c’était gagné.

La suite de Mai 68, sa récupération, fut un grand n’importe quoi sans aucune importance historique, la censure avait volé en éclat définitivement, au moins pour un temps, pour cette génération là.

Tout simplement parce que les barricades ont mis les censeurs face à leur bêtise, leur ont fait prendre conscience de leur ridicule. Dès cet instant ils avaient perdu.

Le gain n’est pas venu d’une nouvelle société, rêvée alors mais jamais apparue, mais bien de la chute de la censure par la prise de conscience des censeurs eux-mêmes.

C’est le problème du meurtrier qui, passé à l’acte, se retrouve avec un cadavre sur les bras qui mettra pour toujours sa vie en perspective par rapport à ce cadavre.

Pareillement, les Gilets Jaunes sont la fin apparente d’un grand mouvement jusque-là invisible.

Je dirais qu’il s’agit de la prise de conscience de la captation du pouvoir par l’association des élus, de l’administration et d’une partie de la classe économique, pour n’aboutir qu’à un pillage généralisé au seul profit de cette clique.

Je fixerais cette prise de conscience à l’apparition de la communication instantanée par internet dans les années 2.000 et l’analyse alors de travers hérités de Mitterrand et de Chirac, les deux champions de la connivence des trois pôles cités : élus, administration et capital dévoyé.

En 2010 la clique déjà très discréditée pense pouvoir se refaire une virginité à coup d’écologie. Le remède s’avérera pire que le mal, jamais la connivence n’a atteint une telle intensité.

Finalement les pillés se révoltent, ils enfilent les Gilets Jaunes, 80% des français suivent, ce nombre implique que les membres de la clique eux-mêmes se découvrent tels qu’ils sont, magouilleurs et sans avenir, sans destin.

Le choc a eu lieu, les Gilets Jaunes en sont le signe extérieur.

Qu’importe ce qu’ils vont devenir, qui va et comment les récupérer, leur rôle est terminé.

La France y compris les acteurs fautifs se voit comme elle est, ruinée par une clique de corrompus au sens de l’éthique sociétale.

Rien ne sera plus comme avant dans un avenir peut-être pas immédiat mais proche.

S’il fallait une preuve à cette prise de conscience de leur malfaisance par certains acteurs de la clique au pouvoir le grand débat pourrait en tenir lieu, ce sera bien sa seule utilité.

Aujourd’hui ne nous perdons pas en conjectures inutiles sur l’avenir, nul ne le décide ou n’en possède la clef, il sera déterminé par la pensée générale, il sera donc inévitablement profondément marqué par la victoire des Gilets Jaunes, même et très probablement sans eux.

Très peu des manifestants actifs de 1968 ont été intégrés aux pouvoirs suivants, il en sera de même pour les GJ, en revanche 68 a imprégné les sociétés des décennies suivantes.

Bien à vous.  H. Dumas

 

Henri Dumas

A propos Henri Dumas

Que les choses soient claires, je n'ai jamais triché fiscalement. Cela indiffère le fisc, qui considère que ses intérêts immédiats sont supérieurs à ceux de la survie de l'entreprise. C'est ainsi qu'il est capable de redresser et de tuer à partir de données relatives telles que des provisions, des évaluations de stock, des refus de déduction ou de récupération de TVA que le chef d'entreprise a pu gérer en toute bonne foi dans le cadre de ses responsabilités légitimes. De la sorte, alors qu'il est consentant vis à vis de l'impôt, respectueux des règles fiscales, l'entrepreneur peut se trouver, du fait de la cupidité du fisc, exposé lors d'un contrôle fiscal à des redressements qui, suivis des moyens de coercition démesurés du fisc, vont le paralyser, ruiner la confiance de ses partenaires et, finalement, le détruire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (6 votes, moyenne : 4,17 sur 5)
Loading...

5 réflexions au sujet de « LE DÉBUT OU LA FIN »

  1. Les Gilets Jaunes ont poussé les menteurs à la porte de leurs maisons. Certains personnage se sont dévoilés comme Luc FERRY ancien ministre qui a le courage pour taper sur les citoyens d’en bas mais il n’a pas eu le courage de dénoncer publiquement et auprès de la justice des pédophiles qu’ils connaissaient et qui ont été des élus.. Non seulement c’est un lâche mais un collabo digne d’un passé révolu prêt à tout pour l’argent et son petit pouvoir. La médiocrité de nos gouvernants a été vue au grand jour.
    La réalité humaine française est effrayante en effet certains trop nombreux soutiennent les abus de pouvoir des CRS ou Police voir Magistrats complices. Mais en 1940 il est exact que les mêmes soutenaient les NAZIS. Celui qui oubliera le passé sera condamné à le revivre. Les camps de concentration ne sont pas loin !
    Il n’est pas inutile de rappeler que de 1940 à 1945 aucun Magistrats et Policiers ne se sont opposés à la loi anti-juive.

  2. et ca dure depuis tonton ” avec une mention spéciale a flamby”!

    tout corps constitué (Bercy) qui plonge un revenu imposable dans un bain fiscal , lui fait ressentir dans l’oignon une pousse de taxes inversement proportionnelle afin qu’il soit tondu correctement et que son solde final soit a zéro.

    le degré zéro étant la régularité de la protubérance annulaire, et les pédoncules cérébraux du fonctionnaire et du politique afin de nous mettre une carotte pour nous faire avancer et nous la mettre dans le cul quand on s’arrête de payer afin que l on continue la tonte

    et ne vous vous y tromper .. (l oeil qui voie tout) du haut de sa pyramide n’a rien raté du l’EURE pestidentiel des bas de ce jour !!

  3. Il faudrait quand même qu’il en sorte une vraie saillie de marxisme comme cela les français comprendront ce que c’est que de gagner son pain à la sueur de son propre front et non à celui du voisin (je vise tout spécialement les trois membre s de la clique vue ci-dessus)
    c’est moche ce que je viens d’écrire mais je crois que s’en est le prix

  4. Je crois que la seule chose qui en ressortira, c’est plus de préssion fiscal, social, pour ceux qui finalement, ne font rien, ne cré rien, ne prennent aucuns risques, ne prennent aucunes initiatives, et qui sont les grands bénéficiaires de la charité publique. Finalement rien a attendre de ça. Comme en 68, rien de valable n’en est sortis…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *