Les gogos et l’odeur de l’argent facile

Lors des périodes de forte expansion monétaire, comme c’est le cas actuellement, les détenteurs de cash ont tendance à rechercher des actifs réels afin de sécuriser leurs avoirs.

Fatalement, on assiste à une envolée des prix sur ces classes d’actifs.

Nous assistons actuellement à une spéculation intense sur deux « valeurs » : Le bitcoin et Tesla.

Leurs cours de bourse connaissent actuellement une progression à la fois proprement stupéfiante qui doit inciter à la prudence surtout que ce ne sont pas des actifs réels (immeubles, métal précieux).

Le bitcoin

On se situe ici dans l’incorporel au niveau le plus absolu puisque le bitcoin ne repose sur rien, n’est rien et n’a aucune existence réelle !

Ce n’est pas une monnaie et ce n’est même pas un actif car le bitcoin n’a même pas d’existence physique, il ne génère rien, il ne créé rien et on ne connait même pas ses créateurs !

Sa grande volatilité doit inciter à la prudence car voir ce « rien » atteindre et dépasser 41.000$ de valorisation puis perdre 10.000 $ en 24 h, soit 25%, pour redescendre à 31.500 puis remonter et se stabiliser aux alentours de 35.000 $ a quelque chose de totalement irréel.

Autrement dit, ceux sont entrés sur le marché entre 30 et 40.000 viennent de se faire lessiver.

N’oublions pas, quand même, que le système bitcoin est très opaque et que seuls ceux qui sont à l’origine de sa création, alors qu’il ne leur a rien coûté, sont les grands gagnants de cette spéculation totalement irrationnelle et qu’in fine ils échangent leurs bitcoins, qui ne valent rien, contre des dollars sonnants et trébuchants !

Enfin, il faut aimer le goût du risque pour jouer 41.000 $ sur quelque chose qui n’existe pas en dehors d’une ligne informatique et qui est à la merci d’un piratage ou d’une simple panne d’électricité !

Tesla

Cette société californienne, qu’on ne présente plus, vaut désormais plus que tous les autres constructeurs automobiles réunis alors qu’elle ne produit même pas 500.000 voitures par an et ne fait pas de bénéfices (ou si peu, et essentiellement en négociant ses droits à émission de carbone) alors que la qualité de fabrication de ses voitures, vendues pourtant entre 50.000 et 100.000€, est très moyenne !

Le titre Tesla s’est apprécié de 743 % en 2020 pour atteindre une capitalisation boursière de 834 Md$. Son PER (le montant annuel de ses bénéfices rapporté au cours de bourse qui détermine sa rentabilité) doit être de 1.500 alors que le PER normal est plutôt aux alentours de 12 à 15 pour une valeur cotée en bourse ! On ne peut même plus dire que l’action est surcotée car elle a atteint  des niveaux de valorisation totalement irréels.

Rien ne peut justifier une telle valorisation et accepter de payer un titre cent fois sa valeur réelle relève d’une stratégie extrêmement risquée.

Quand vous achetez des actions de société, vous achetez une part de l’entreprise et une part des bénéfices ; mais ici l’entreprise ne fait même pas de bénéfices !

Alors, qu’est-ce que l’acheteur peut bien acheter si ce n’est l’espérance d’une poursuite de la hausse pour pouvoir revendre rapidement avec un gros bénéfice facilement gagné !

Oh, je sais, on ne cesse de tresser des couronnes de lauriers à E Musk, le chef d’entreprise visionnaire, etc., mais il ne faut quand même pas oublier qu’il est avant tout un grand manipulateur qui a été poursuivi par la SEC (gendarme de la bourse US) pour divulgation de fausses nouvelles dans le but de manipuler les cours de bourse de Tesla.

Ce sentiment est renforcé par le fait que la presse s’obstine à vouloir gloser sur E Musk devenu l’homme le plus riche du monde alors que tout cela relève essentiellement d’une  manipulation journalistique cherchant le titre sensationnel pour accrocher le lecteur.

Soyons clairs, l’homme le plus riche du monde est celui qui a le plus de cash sur son compte bancaire pas celui qui a 20% d’une société dont les titres sont montés à des niveaux délirants et qui sont susceptibles de redescendre aussi vite du jour au lendemain !

Des précédents historiques

Il existe des exemples de spéculation effrénée de même nature avec notamment les tulipes aux Pays Bas au 17°s. Un bulbe de tulipe valait alors plus qu’une maison ce qui est à la fois irrationnel et ridicule. Ou encore le sucre en France dans les années 70 avec quelques gros profiteurs et …beaucoup de perdants.

L’issue est toujours la même : un krach boursier et la ruine des petits spéculateurs !

Un comportement irrationnel des acheteurs

On se situe donc, sur ces deux « valeurs », dans le schéma d’une spéculation effrénée qui ne repose sur aucun fondement économique ni même sur aucune réalité tangible et prendre le train en marche est à coup sûr une stratégie perdante !

Car, fatalement, à un moment donné, le marché va se retourner et à ce moment-là il sera trop tard ; il sera impossible de vendre car plus personne ne voudra acheter !

Comment expliquer une telle spéculation ?

La cupidité est le moteur de cette spéculation mais celle-ci est mauvaise conseillère. On peut gagner mais on peut aussi perdre surtout que les faits ont montré que les marchés peuvent se retourner très vite ; ce qui veut dire que la plupart du temps les non-initiés n’auront pas le temps de réagir et se retrouveront « collés » avec leurs titres invendables !

Car, il faut quand même rappeler deux règles essentielles des marchés boursiers :

-pour vendre en bourse, il faut un acheteur et faute d’acheteur, quand un titre dévisse, les vendeurs, et spécialement les petits spéculateurs, verront alors leurs « actifs » fondre comme neige au soleil sans rien pouvoir y faire …

-pour que certains puissent gagner, il faut qu’il y en ait qui perdent puisque le système fonctionne nécessairement dans le cadre d’un jeu à somme nulle !

Il ne faut pas oublier non plus qu’il y a sur le marché des professionnels qui ne jouent pas leur propre argent dans ces aventures et que, de ce fait, ils ne risquent pas leur patrimoine à la grande différence des gogos ; c’est à dire ceux qui viennent sur le marché alors qu’ils n’y connaissent rien, avec l’espoir de gains importants et rapides. Ceux-là sont toujours les victimes de ces coups de bourse car ils acceptent de payer, dans le cadre d’un système qui s’apparente au jeu, un prix sans rapport avec une quelconque réalité économique.

Inutile de dire que cela peut faire très mal et les amateurs de bitcoin viennent de prendre une leçon. Elle ne manquera pas d’arriver pour ceux qui spéculent sur Tesla !

Tout cela n’est rien moins que le miroir aux alouettes de l’argent facile.

Bien cordialement à tous !

Licence de publication : la reproduction de cet article est autorisée à la condition de le reprendre en totalité, d’en rappeler l’auteur et le site originel de publication.

Dominique Philos

A propos Dominique Philos

Navigateur, né en 1958, après un DEA de droit commercial de l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne, je suis devenu Conseil Juridique, spécialisé en droit des affaires et fiscalité. L'Etat ayant décidé l'absorption des Conseils juridiques par les avocats, j'ai poursuivi mon activité en tant qu'avocat en droit fiscal et droit des sociétés spécialisé ... en divorces ; jusqu'à ce que je sois excèdé par les difficultés mises à l'exercice de mon activité professionnelle. J'ai démissionné du Barreau en 1998 et partage désormais ma vie entre la France et la Grèce. Européen convaincu, persuadé que le libéralisme est la seule option possible en matière économique, soucieux du respect des libertés individuelles, je suis un libertarien qui déteste l'Etat et son administration tentaculaire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (5 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

8 réflexions au sujet de « Les gogos et l’odeur de l’argent facile »

  1. Musk ne doit même pas faire de bénéfices puisqu’il est subventionné de toutes parts. Ca rappelle Plenel qui faisait croire que son modèle intégralement financé par le pognon des autres était viable.

  2. Le bitcoin basé sur rien ?

    Et votre billet de X euros il est basé sur quoi ? La valeur du papier
    Et votre ligne de X euros à la banque qui n’a même pas d’équivalent en billet, c’est basé sur quoi ?

    Le point commun a toute monnaie c’est la confiance que les utilisateurs placent dans celle-ci.
    Vous faite confiance à la BCE et à nos politiques pour gérer l’euros ? Parfait très bien.

    Beaucoup préfère faire confiance à Bitcoin qui a un protocole d’émission de monnaie très clair et non manipulable.
    Son inventeur on en a rien à faire.

  3. C’est bien de vous y être collé comme on dit aujourd’hui. Vous avez oublié le « quoi qu’il en coûte «  avec l’autre idiot de Bruno Le Maire qui arrose « massif » tout ce que ce gouvernement empêche de bouger. On vit une période exceptionnelle où l’on peut rester chez-soi et recevoir 100% de son salaire comme un élu ou un fonctionnaire ou 84% si on travaille dans le privé. Tous ceux qui n’ont pas encore touché réclament et le Bruno arrive « massif « pour bien démontrer qu’il n’est plus nécessaire de gagner son pain en créant des richesses. Le réveil va être terrible

    1. Personnellement, je n’ai pas eu le “plaisir” de recevoir cet argent gratuit !
      Compenser le blocage de l’économie par l’émission monétaire est une imbécilité sans nom !
      Tout ça finira par se payer ; le problème c’est que ce sont encore et toujours les sans grade (sans dents) qui paieront !

    1. Relisez l’article que j’avais consacré au Bitcoin.
      C’est pire qu’un Ponzi puisque basé sur RIEN !
      Il y avait eu une escroquerie dans les années 80 avec les CHAINES D’ARGENT et pour le coup ça y ressemble vraiment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *