Les pauvres ne peuvent pas s’en sortir avec le capitalisme !

Sacrée information et percutante s’il en est !

Et pour la justifier, la personne qui me l’a proférée a ajouté : « La preuve : ils mangent de la merde qu’ils achètent à Lidl » (sic) !

Là où ça devient intéressant c’est lorsque l’on sait qu’elle émane d’une personne réputée instruite et intelligente puisqu’il s’agit d’un professeur d’université (mathématiques et physique) …

Quel crédit peut-on accorder à une telle déclaration qui contient évidemment plusieurs sous-entendus qu’il convient de mettre en évidence ?

  • Les pauvres sont pauvres à cause du capitalisme,
  • Non seulement, ils n’ont pas les moyens d’acheter des produits de qualité mais leur pauvreté est exploitée par une enseigne de la grande distribution, symbole s’il en est d’un capitalisme sauvage, apatride …
  • Lidl ne vend que de la merde ce qui est bien la preuve que le capitalisme est nocif !

Examinons ces “vérités” calmement …

Le communisme des pays de l’est a-t-il enrichi les pauvres ?

A part un nombre effrayant de morts (200 millions) liés à la répression politique pour cause de « crime contre le peuple », un examen honnête de la situation oblige à reconnaître que le communisme ou le socialisme (on peut l’appeler comme on veut) n’a fait que maintenir en prison ses ressortissants tout en les privant des biens de consommation essentiels qui n’étaient réservés qu’à une élite favorisée (apparatchiks). En RDA, symbole flamboyant du socialisme triomphant, il fallait s’inscrire sur une liste d’attente et patienter plus de 15 ans pour pouvoir espérer faire l’acquisition d’une Trabant aux qualités routières plus qu’incertaines …

La Chine, à la fin des années 70, a renoncé au communisme au niveau économique, grâce à Deng Xiao Ping, lorsque ce dernier a pris conscience que le développement économique de la Chine ne pouvait passer que par l’initiative individuelle et la liberté au niveau économique ; même si le régime demeure encore une dictature communiste.

Il n’est pas contestable qu’il en est résulté un développement extraordinaire du pays qui, en 50 ans, est parti du néant pour presque ravir la première place mondiale aux USA !

En outre, la réalité du monde depuis ces 30 dernières années s’établit nettement en contradiction avec cette affirmation car, ce que l’on constate, c’est une amélioration considérable de la situation de la population mondiale puisqu’on est passé de 2.5 Milliards de pauvres à moins d’un milliard !

C’est certes encore trop de pauvres mais cette tendance à l’amélioration n’est due qu’au capitalisme et au développement des échanges et à la liberté économique mais en aucun cas au communisme !

Concernant plus particulièrement l’enseigne visée :

Visiblement, il n’est pas venu à l’idée de cet enseignant que Lidl a conquis un créneau commercial auprès d’une partie de la population en proposant, la plupart du temps, des produits de qualité à moindre prix et je ne cache pas d’y faire moi-même mes courses.

Par ailleurs, s’il y a effectivement des produits « de merde » qui sont vendus par cette enseigne (sans doute faisait-il référence aux hamburgers et autres sodas), il est bon de rappeler que ces mêmes produits sont aussi vendus dans les autres enseignes, sans aucun scrupule ; ce que l’on ne peut l’ignorer … sauf à faire exclusivement ses courses dans les magasins bio présumés ne vendre que des produits de qualité ou dans des épiceries haut de gamme !

En outre, cette affirmation est sujette à caution dans la mesure où il paraît évident que cette personne n’a jamais mis les pieds dans un magasin Lidl et parle sans savoir !

Car, en fait, non, Lidl n’exploite pas la pauvreté, l’enseigne s’est placée seulement sur un créneau commercial parce que tout le monde n’a pas les moyens d’acheter ses courses chez l’épicier de luxe ou dans des magasins bio et que finalement cela rend service à beaucoup de monde et qu’à la fin on n’est pas obligé d’acheter ces fameux produits de merde !

Quel constat en tirer ?

Certes le capitalisme n’est pas parfait et ne saurait être exempt de critiques mais, lorsqu’il est associé à la liberté économique, il est sans aucun doute un facteur d’amélioration de la condition matérielle des populations sur toute la planète !

Evidemment, parler de capitalisme c’est surtout évoquer la liberté individuelle et cela ne recouvre en aucun cas le capitalisme d’Etat ou l’Etat stratège ; c’est à dire celui qui brule en pure perte des milliards dans des projets industriels qui échouent systématiquement ou encore qui essaie de maintenir en vie, à coup de subventions massives payées par vos impôts, des entreprises zombies telles que la SNCF !

Car, il ne faut en aucun cas se référer à la France pour apprécier l’impact du libéralisme et du capitalisme puisque l’on sait que le pays consacre 57% du PIB à sa dépense publique ; ce chiffre étant en passe d’être porté aux environs de 70% « grâce » à l’interventionnisme étatique forcené pour « faire face » au Covid 19 !

Sans aucun doute, avons-nous affaire, avec cet enseignant, au bobo gaucho classique qui sévit désormais à tous les niveaux de la société et dans tous les médias jusques et dans les cercles du pouvoir ; qui vit confortablement, sans souci du lendemain et des fins de mois, tout en se donnant une bonne conscience sociale en se prétendant de gauche mais avec un portefeuille bien garni !

Il est en effet facile de s’affirmer « être de gauche » quand on est payé par les impôts des autres et qu’on cumule 4 mois de congés dans l’année tout en étant payé 5.000 € par mois pour 20 h de cours par semaine (au grand maximum) et qu’on habite dans les beaux quartiers !

Cette opinion se confirme lorsque l’on sait, puisque j’ai eu l’occasion de leur rendre visite, que cette personne et son épouse vivent dans un appartement récent ultra moderne d’une valeur estimée à 400.000 € (en région Bretagne) !

Inutile de vous préciser que cette personne est aussi écolo et anti voiture tout en prenant néanmoins l’avion pour rejoindre son bateau en Grèce … sans y voir d’ailleurs aucune contradiction !

C’est bien connu, les règles moralisatrices et autres que ces bobos écolos imposent aux autres ne s’appliquent pas à eux-mêmes ; résultat d’une démarche égocentrique et narcissique s’il en est !

Bien différente est la situation de la population dont je rappelle que la moyenne des salaires est de 1.700 € par mois et qui doit bien souvent gérer un budget serré dès le 15 du mois !

Accessoirement, compte tenu du système social en vigueur en France, il convient de rappeler que le taux de pauvreté y est beaucoup plus faible que dans les autres pays de l’OCDE ; mais bien entendu cette personne nous expliquera que tout cela c’est grâce à l’Etat alors que c’est seulement grâce à la prédation fiscale exercée par les fonctionnaires de l’Etat et au recours forcené à l’emprunt que ce système ne peut perdurer tout en occultant une réalité bien dérangeante : masquer la chute constante du PIB français par individu depuis les années 90 comparativement à des pays comme l’Allemagne ou la Suisse,

Nous avons donc affaire, au-delà d’un évident mépris de classe, à des propos moralisateurs de la part d’une personne qui n’a visiblement jamais mis les pieds dans un magasin Lidl et qui part de présupposés idéologiques négatifs tenant à la fois au capitalisme et à la nature de l’enseigne … tout en faisant partie, sans aucun complexe, d’une élite protégée ; comme dans les pays de l’Europe de l’est (apparatchiks).

En fin de compte, cette affirmation, bien qu’émanant d’un professeur d’université qui ne connait absolument rien à l’économie et qui vit dans un milieu ultra protégé de l’éducation nationale, est parfaitement stupide !

Justifier les méfaits réels ou supposés du capitalisme par le biais de la déformation des faits et de la réalité tout en occultant soigneusement la réalité de sa situation personnelle relève au minimum de la mauvaise foi, de la manipulation, de l’hypocrisie ou, pire, de l’aveuglement !

Bien cordialement à tous !

Απο την Ελλαδα ! (De la Grèce) – Lipsi

Licence de publication : la reproduction du présent article n’est autorisée qu’à la condition de le reprendre en totalité, d’un rappeler l’auteur et le site originel de publication.

 

 

 

Dominique Philos

A propos Dominique Philos

Navigateur, né en 1958, après un DEA de droit commercial de l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne, je suis devenu Conseil Juridique, spécialisé en droit des affaires et fiscalité. L'Etat ayant décidé l'absorption des Conseils juridiques par les avocats, j'ai poursuivi mon activité en tant qu'avocat en droit fiscal et droit des sociétés spécialisé ... en divorces ; jusqu'à ce que je sois excèdé par les difficultés mises à l'exercice de mon activité professionnelle. J'ai démissionné du Barreau en 1998 et partage désormais ma vie entre la France et la Grèce. Européen convaincu, persuadé que le libéralisme est la seule option possible en matière économique, soucieux du respect des libertés individuelles, je suis un libertarien qui déteste l'Etat et son administration tentaculaire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (7 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

4 réflexions au sujet de « Les pauvres ne peuvent pas s’en sortir avec le capitalisme ! »

  1. Lidl vendait de la très mauvaise qualité il y a vingt ans, mais ça n’est plus du tout le cas actuellement. Le temps passe le modèle économique change . Lildl n’a pas, et loin s’en faut, le monopole de la junk food.

    A qualité égale et comparé aux hypermarchés Auchan, Carrefour, Cora et autres, Lidl (ou même Aldi) est souvent un peu moins cher. Lidl vend en plus régulièrement de l’outillage sous la marque Parkside dont le rapport qualité prix est imbattable. Certes il ne s’agit pas là de matériel à la robustesse professionnelle (encore que) mais une perceuse Parkside sino-germanique actuelle n’a rien à envier à une perceuse vendue chez Manufrance dans les années 70.

    Les pauvres et les personnes les plus âgées fréquentent les magasins Lidl pour la bonne et simple raison qu’ils sont situés dans les villes et non en périphérie comme les hypermarchés et ne nécessitent pas la possession d’une automobile pour s’y rendre. De surcroit il s’agit de magasins à taille humaine et on n’y use pas ses chaussures pendant des heures sur des parking et dans des kilomètres de rayonnage pour trouver un kilogramme de farine ou de sucre ou un litre de lait. Que de fatigue et de temps gagné !

    L’hyper de périphérie concerne davantage les familles nombreuses vivant en proche campagne et qui remplissent deux ou trois caddies pour quelques semaines. Mais ce mode de consommation est en perte de vitesse et la famille Mulliez en sait quelque chose puisqu’elle doit actuellement procéder à des licenciements.

    Il me semble, Monsieur Philos, que votre relation professorale universitaire pourrait tirer le plus grand profit d’une leçon de socialisme appliquée façon Théoule sur Mer.

    J’ai eu vent que dans la bonne ville de Rennes se trouvait une association qui s’honorait à loger les plus nécessiteux dans des logements vacants ou manifestement sous occupés par leurs propriétaires. Vous pourriez utilement les contacter, avec vos connaissances juridiques et un ticket de livraison de pizza cela pourrait être cocasse …

  2. Non sans humour, Je conseille aux citoyens fonctionnaires de quitter la France et parcourir le monde jusqu’à ce que ils n’aient plus d’argent ,Je pense qu’ils seront de retour dans 2 heures.

    1. un quart d’heure : cet ayatollah de l’enseignement ferait bien de se faire-faire seppuku (avec le courage qui marque la caste des hauts dignitaires de l’ânonnement d’état, non ?)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *