Macron, retraite, solidarité : erreur ou cynisme.

En gros, Macron est-il un gamin inexpérimenté, crédule, victime de sa formation, où une “enflure” parfaitement consciente de ce qu’il fait ?

En ce qui me concerne je n’ai pas d’opinion, pour en avoir une il faudrait que j’aie l’occasion de l’interviewer. Je fais donc partir, par le net, une demande dans ce sens à l’Elysée, accompagnée de ce billet – je m’attends à être convoqué la semaine prochaine –….

Jeudi 3 Octobre, Macron était à Rodez. Il y assumait son premier grand discours pédagogique concernant l’organisation qu’il préconise pour contrer la faillite à venir des systèmes de retraite.

La retraite

Telle quelle nous est vendue par les hommes de l’Etat la retraite est une abstraction – encore une –.

Dans la réalité il s’agit du moment ou l’être humain se retire de la vie active. Quelle que soit l’organisation sociale, ce moment particulièrement personnel arrive à tous.

Ce moment est si personnel qu’il habite chaque être humain et que la plus grande partie d’entre eux prépare à sa façon, seul ou en famille, cette exclusion de la vie active, qui en principe précède l’exclusion plus générale de la vie qu’est la mort.

Je veux dire que 80% des êtres humains s’attendent à se retirer de la vie active et savent parfaitement s’organiser à ce sujet. Encore faut-il les laisser faire.

La solidarité

Selon mes chiffres – émotionnels — il resterait néanmoins 20% d’imprévoyants où de bousculés de la vie qui oublient de s’organiser pour cette étape et doivent alors affronter subitement la misère matérielle en même temps que leur retrait de la vie active. Il est clair que ceux-là ne peuvent pas être abandonnés. Un minimum vital doit leur être fourni par la société. Cela s’appelle la solidarité.

Conclusion

Les français sont parfaitement capables, majoritairement, d’organiser la date de leur départ de la vie active et les moyens de vivre au-delà de ce départ.

Pour cela il suffit qu’ils soient libres de le faire et qu’on ne leur vole pas les moyens qu’ils ont acquis dans ce but.

Or ces conditions, simples, ne sont pas réunies. Ils ne sont pas libres d’organiser leur départ de la vie active en temps. Ils ne le sont pas non plus en capital puisque tout est fait pour qu’ils ne puissent pas capitaliser. Bien plus, ils continuent jusqu’à leur mort à être assujettis à des prélèvements d’un niveau incompatible avec un retrait de la vie active.

L’escroquerie

Des hommes de l’Etat escrocs, merci de bien vouloir me pardonner ce pléonasme, n’ont pas manqué de percevoir la charge émotionnelle de la “retraite”, les contraintes liées. Ils s’y sont engouffrés, ils ont inventé une histoire à dormir debout, elle arrive aujourd’hui à son terme.

Globalement, l’histoire est la suivante : ne vous faites plus de souci en ce qui concerne le moment de votre sortie de la vie active, les autres, enfin les enfants des autres, les générations à venir, vous entretiendront, pour cela il vous suffit de verser une somme modique pour entretenir aujourd’hui ceux qui quittent la vie active. Ainsi le problème est réglé. Nous nous en occupons à votre place, vivez l’instant présent, soyez la cigale, nous serons la fourmi pour vous.

Ils ont appelé cette histoire la “solidarité intergénérationnelle”. Alors qu’il ne s’agissait que d’une conjoncture mathématique, donc sans portée morale, qui, tenant compte du nombre d’actifs par rapport au nombre de retraités et de la durée de vie de l’époque, était un bon coup financier, que les hommes de l’Etat se sont accaparés en le monopolisant au titre pompeux de la solidarité.

Les conséquences ont été et sont multiples.

A l’époque, les français ne se le sont pas fait dire deux fois, ils ont complètement oublié cette étape cruciale du retrait de la vie active, ils ont profité sans retenu de l’instant présent.

Ils ont perdu de vue tout schéma organisationnel visant leur départ de la vie active, ils sont devenus des ignorants graves à ce sujet.

Et, phénomène extraordinaire, cette fin de vie matérielle, la retraite, pire des affections juste avant la mort, est devenue le but de vie d’un très grand nombre de français.

En quelque sorte la retraite s’est transformée, pour beaucoup, en paradis sur terre, en lieu et place du paradis religieux à venir juste après.

Comment cela est-il possible ???

Surtout aujourd’hui que l’échec de cette escroquerie est patent.

Cela tient au fait que l’arnaque financière initiale était géante et que ceux qui en ont profité et en profitent encore, les hommes de l’Etat et leurs affidés, ne sont ni prêts à passer aux aveux, ni prêts à se priver de ce bon coup.

L’ignorance et l’incapacité dans laquelle a été mis le peuple de France face à cette contrainte pour tous du retrait de la vie active, de la retraite, font les affaires des hommes de l’Etat qui, responsables du fiasco, se présentent comme seuls capables de le solutionner.

Ils vont faire payer les passifs passés et à venir, dont ils portent seuls la responsabilité, à l’ensemble du pays en profitant de l’ignorance et de la déresponsabilisation dont ils ont entouré ce sujet, pourtant essentiel pour chacun de nous.

C’est très grave.

La réforme

Il ne s’agit pas de centraliser un système défaillant mais de l’éradiquer, de donner la liberté à chacun de pouvoir capitaliser pour se procurer une retraite décente, tout en assurant un minimum aux seuls imprévoyants, minoritaires.

Ce n’est pas ce que préconise Macron.

Est-il un escroc lucide ou un naïf abusé par une situation effectivement explosive, qui de toute façon explosera ?

C’est ce que je vous dirai, quand…… je l’aurai rencontré…… ce qui ne saurait tarder, évidemment.

Bien à vous. H. Dumas

PS :

 

Henri Dumas

A propos Henri Dumas

Que les choses soient claires, je n'ai jamais triché fiscalement. Cela indiffère le fisc, qui considère que ses intérêts immédiats sont supérieurs à ceux de la survie de l'entreprise. C'est ainsi qu'il est capable de redresser et de tuer à partir de données relatives telles que des provisions, des évaluations de stock, des refus de déduction ou de récupération de TVA que le chef d'entreprise a pu gérer en toute bonne foi dans le cadre de ses responsabilités légitimes. De la sorte, alors qu'il est consentant vis à vis de l'impôt, respectueux des règles fiscales, l'entrepreneur peut se trouver, du fait de la cupidité du fisc, exposé lors d'un contrôle fiscal à des redressements qui, suivis des moyens de coercition démesurés du fisc, vont le paralyser, ruiner la confiance de ses partenaires et, finalement, le détruire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (7 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

4 réflexions au sujet de « Macron, retraite, solidarité : erreur ou cynisme. »

  1. Retraite par répartition = rétablissement du travail des enfants. Que des gens fassent ça à leurs propres enfants rend la chose encore plus répugnante.

  2. Les impôts vont baisser ? Mais les taxes augmentent massivement pour tous.
    En France tuer, blesser, abuser du pouvoir judiciaire, etc, sur les citoyens on appelle cela la démocratie .
    Un privilégié est quelqu’un qui bénéficie d’un avantage payé par quelqu’un d’autre. Jean-François REVEL
    Certains sont privilégiés et les autres sont les « esclaves sans défenses ». Il n’y a pas entre les salariés d’égalité devant la retraite, les avantages sociaux, les congés, le temps de travail. Il n’y a pas de fraternité chacun défend son intérêt . Il n’y a pas de liberté les GJ le démontrent . Les Politiques depuis 1970 sont responsables de cette médiocratie !
    Si rien n’est fait, la population du secteur privé devra encore apprendre à travailler plus au lieu de vivre pour nourrir cette médiocratie . Moralité la France était coupée en 2 maintenant elle est pliée en 4.

    Un rappel = La culture en France c’est ce qui manque le plus et Jean Rostand se posait la question – Qu’est-ce que la culture ?=
    La culture ce n’est pas avoir le cerveau farci de dates, de noms ou de chiffres, c’est la qualité du jugement, l’exigence logique, l’appétit de la preuve, la notion de la complexité des choses et de l’arduité des problèmes. C’est l’habitude du doute, le discernement dans la méfiance, la modestie d’opinion, la patience d’ignorer, la certitude qu’on n’a jamais tout le vrai en partage; c’est avoir l’esprit ferme sans l’avoir rigide, c’est être armé contre le flou et aussi contre la fausse précision, c’est refuser tous les fanatismes et jusqu’à ceux qui s’autorisent de la raison ; c’est suspecter les dogmatismes officiels mais sans profit pour les charlatans, c’est révérer le génie mais sans en faire une idole, c’est toujours préférer ce qui est à ce qu’on préférerait qui fût.( J.Rostand 1968)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *