Quand tout était facile

Préambules

La France d’autrefois pas si lointaine, inscrite sur la période des Seventies et Eighties, respirait la joie de vivre et des possibles : Une époque que je qualifierai de « Far West », une liberté « Open Bar ».

Sur les plateaux de télés, ça fumait et s’engueulait. Nous avions des Desproges, Coluche, Le Luron, Gainsbourg, Polac et les nuls de Canal Plus naissant, etc. Pour dire sans fard ce qui leur passait par la tête avec tous nos accusés réceptions.

Une période où la création musicale était à foison chez nous, comme à l’international car tout avait été écrit et projeté durant cette période pour les années futures.

N’oublions jamais que Michael Jackson avec son album « Thriller » sorti en 1982 s’est vendu à plus de 65 millions d’exemplaires. ACDC, groupe de Hard Rock, je dirais Blues-Rock amplifié qui déménage un peu les tympans a signé plus de 50 millions d’albums payés avec son fabuleux « Back’n Black » livré en 1980. Aucun de nos artistes à travers le monde ensuite n’a pu enregistrer de telles performances. Vous me direz que c’est la faute au téléchargement « Underground » via notre Web. Je vous répondrais : Croyez-vous que nous avons attendu l’internet pour nous passer des cassettes de main à la main …

Sur les routes, il y avait moins de véhicules à l’époque et plus de morts. Là effectivement, nous avions à être recadrés : Car essayer la nouvelle GTI ou le dernier Turbo en pleine bourre en sortie de boîte de nuit n’était pas vraiment une bonne idée. Les gendarmes nous connaissaient et nous pouvions alors discuter avec eux.

Sur les plages de la fin de la Terre, le « Finistère », en face de l’Amérique, nous faisions brûler des buchers avec des pneus à l’occasion de feux de Saint-Jean, mais plus souvent avec des merguez arrosées à la bière, dans une relative tranquillité …

Que sommes-nous devenus ?

Tous mes potes, issus pour la plupart du milieu rugueux de la mer, ont continué ainsi ou trouvé d’autres métiers, ont fondés pour la plupart des familles et n’ont rencontrés aucun problème. Nous étions fous, mais aussi responsables.

Avec nos parents, comme référents sûrement et nos écoles d’alors, nous étions élevés pour devenir garants de nous-mêmes.

Procès d’aujourd’hui

Quand nous regardons chaque fronton de mairie, nous voyons : « Liberté, Egalité, Fraternité ».

Asseyez-vous devant une quelconque de ces mairies et respirez calmement afin de traduire une connexion entre « Liberté, Egalité, Fraternité ».

Qu’est-ce que cela représente pour vous ? Posez-vous vraiment cette question au fond de vous-même, sans syndicat, sans presse, sans rien ?

Et vous allez comprendre ce qu’est le socle de notre démocratie avec des mots non-dévoyés …

Mais, je ne suis pas sûr que vous allez saisir et c’est toute ma crainte pour l’ensuite …

Bien à vous

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (9 votes, moyenne : 4,78 sur 5)
Loading...

4 réflexions au sujet de « Quand tout était facile »

  1. Médiocrité partout, par exemple les grèves contre la réforme des retraites, avant il y a eu, quand même, 18 mois de discussions entre un état représenté par M. Delevoye « sous maternage de sa femme pour tous les aspects administratifs » ! et des syndicats représentant 7 % du total des salariés dont 80 % du secteur public qui a bénéficié d’avantages négociés en sourdine pendant des décennies, Cf le jaune budgétaire de 243 pages sur les retraites du secteur public, https://www.performance-publique.budget.gouv.fr/sites/performance_publique/files/files/documents/jaunes-2019/Jaune2019_pensions.pdf c’est un scandale républicain, démocratique appelez cela comme vous voulez.
    243 pages qui ne sont pas arrivées toutes seules, mais de négociations, plutôt l’achat-de-la-paix-sociale-à-la-Chirac à coup de centaines de milliards, c’est-à-dire l’aboulie des gouvernants depuis plus de 70 ans qui ont payé avec l’argent des contribuables, qui n’en peuvent plus aujourd’hui, des 1.070.000.000.000 d’euros de prélèvements obligatoires (1.070 milliards euros), 46 % du PIB, pour payer les errances et la mollesse des gouvernants et élus qui n’ont aucun principe ni compétence (Mitterrand, Chirac, Sarkozy, Hollande, Raffarin, Baroin, Le Maire etc. n’oublions pas Christine Lagarde…
    Donc, le terrorisme-syndical ou grèvitude, la prise d’otage de français (99%) qui ne disent rien par ailleurs (étonnant non !), mais chacun (sélectionné par les médias) de commenter ses désagréments de transport et c’est tout, mais pas sa contribution financière aux privilèges de sens commun, d’Egalité, Liberté, Fraternité de ses nantis, comme si l’argent par dizaines, centaines de milliards arrivait de nulle part ou d’un trésor planqué sous l’Elysées. Quelle médiocrité !
    Toujours à propos des retraites, tous ces ministres et commentateurs de ministres, qui parlent, écrivent qu’il s’agit d’un changement de système, c’est évidemment faux puisque le système actuel repose sur la répartition et que le prochain repose toujours sur le système de la répartition = la retraite par points est un mode de calcul qui se substitue à la trimestrialité… CQFD
    La répartition, c’est là que se trouve le problème, qui était lisible depuis environ 50 ans, cf l’INED (Institut national des études démographiques), puisqu’il s’agit d’un problème de rapport entre cotisants à pensionnés, qui ne cesse de se dégrader, puisque notre pays vieillit (le problème devrait trouver son extinction vers l’an 2050, où tous les baby-boomers seront décédés.
    Le changement de système aurait été de passer de la répartition à la capitalisation.

    Faisons un comparatif, actuellement dans le système par répartition, il faut cotiser pendant 172 trimestres (43 ans) pour obtenir une retraite moyenne de 1.381 euros par mois tous régimes confondus (privé, public) selon le rapport 2019 de la DREES. Pour un salaire net mensuel de 2.000 euros par exemple, les cotisations retraite sont de 27,2 % où encore 544 euros par mois soit un cumul de versements de 280.704 euros sur 43 ans et une retraite de 1.381 € ou un rendement de 5,90 %. Le régime par capitalisation serait de verser les cotisations de 544 euros/mois dans des fonds spécialisés (comme le Fonds de Réserve des Retraites (FRR) créé par le 1er ministre Lionel Jospin sous présidence Chirac loi nᵒ 2001-624 du 17 juillet 2001, le régime de retraite additionnelle de la fonction publique (RAFP) article 76 de la loi du 21 août 2003 sous J Chirac et premier ministre JP Raffarin. Actif 32,6 milliards euros au 31/12/2018, performance de 3,7 % annualisée de l’actif depuis juin 2004) http://www.fondsdereserve.fr/documents/FRR-RA2018-FR-3.pdf
    https://www.performance-publique.budget.gouv.fr/sites/performance_publique/files/files/documents/jaunes-2019/Jaune2019_pensions.pd

    Reprenons au taux de 5 % l’an par exemple, le capital constitué au terme de 43 ans serait de 985.283 euros et la rente perçue serait de 4.105 euros par mois, vous avez bien lu trois fois plus que par la répartition, réversible à 100% au conjoint survivant (non à charge de la collectivité), à la condition que l’état ne prenne pas de droit de succession sur ce capital (qui peuvent atteindre 45 % maximum).

  2. Oui, c’était comme ça, je souscris.
    C’est aujourd’hui différent…. en France.
    Le plaisir de vivre, c’est comme la météo : pendant la tempête ici il fait beau ailleurs.
    Cependant la tempête vient d’ailleurs et y retournera pendant qu’ici il fera beau.
    Bien à vous. H. Dumas

  3. Alors je pense que le problème c’est la gabegie française. Car en fait il n’y a pas entre les salariés d’égalité devant la retraite, les avantages sociaux, les congés, le temps de travail, la pénibilité…etc. Il n’y a pas de fraternité chacun défend son intérêt . Il y a moins de liberté les GJ et ces dernières années démontrent une régression. Les Politiques depuis 1970 sont responsables de cette médiocratie !
    Si rien n’est fait, la population du secteur privé devra encore apprendre à travailler plus au lieu de vivre pour nourrir cette médiocratie . Moralité la France était coupée en 2 maintenant elle est pliée en 4.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *