Réflexion 1, à 107.000 km/h entre deux chaudières atomiques

Bien à vous. H. Dumas

Henri Dumas

A propos Henri Dumas

Que les choses soient claires, je n'ai jamais triché fiscalement. Cela indiffère le fisc, qui considère que ses intérêts immédiats sont supérieurs à ceux de la survie de l'entreprise. C'est ainsi qu'il est capable de redresser et de tuer à partir de données relatives telles que des provisions, des évaluations de stock, des refus de déduction ou de récupération de TVA que le chef d'entreprise a pu gérer en toute bonne foi dans le cadre de ses responsabilités légitimes. De la sorte, alors qu'il est consentant vis à vis de l'impôt, respectueux des règles fiscales, l'entrepreneur peut se trouver, du fait de la cupidité du fisc, exposé lors d'un contrôle fiscal à des redressements qui, suivis des moyens de coercition démesurés du fisc, vont le paralyser, ruiner la confiance de ses partenaires et, finalement, le détruire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (2 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

2 réflexions au sujet de « Réflexion 1, à 107.000 km/h entre deux chaudières atomiques »

  1. Il n’y a aucune différence de nature entre “je n’aime pas les Juifs” et “je n’aime pas les riches, j’en conviens” mais juste une différence de degré. Hollande et Pétain, c’est la même chose.

  2. La France est un pays à l’agonie, en phase terminale sous respirateur.
    Les administrations irresponsables devraient être au service des citoyens, mais c’est le citoyen du privé qui est responsable ++ et qui est au service des administrations et des fonctionnaires.
    Quand Les politiques donnent trop de pouvoir aux administrations il y a abus de pouvoir des fonctionnaires. Et pendant l’occupation NAZIS les administrations françaises ont monté la cruauté dont elles étaient capables avec la collaboration avec les NAZIS et la SNCF qui se pend pour la résistance mais de qui se moque-ton, heureusement la vérité sur la collaboration de la SNCF avec les NAZIS, a été dite.
    A méditer= « Quand les nazis sont venus chercher les communistes, je n’ai rien dit, je n’étais pas communiste.
    Quand ils ont enfermé les sociaux-démocrates, je n’ai rien dit, je n’étais pas social-démocrate.
    Quand ils sont venus chercher les syndicalistes, je n’ai rien dit, je n’étais pas syndicaliste.
    Quand ils sont venus me chercher, il ne restait plus personne pour protester. »
    Pasteur Martin Niemöller

    En conclusion, Face à l’irresponsabilité des administrations françaises, deux manières de résoudre les problèmes en France, car la colère génère un besoin de justice =
    -On peut obtenir beaucoup plus avec un mot gentil et un révolver, qu’avec un mot gentil tout seul. Al Capone
    -Le plus grand mal , à part l’injustice, serait que l’auteur de l’injustice ne paie pas sa faute. PLATON, et en France les administrations sont irresponsables, donc !
    Pour ma part j’ai choisi la 1ere solution celle que ma famille a utilisée pendant la résistance de 1940 à 1945!
    Ma famille des résistants de la 1ere heure, décoré en particulier de la Grand-croix de la légion d’Honneur des noms de rues et avenue témoignent du sacrifice, m’ont appris que si quelqu’un te jette une pierre , jette lui une fleur…. Mais n’oublies pas le pot avec ! On peut pardonner, mais oublier non !
    SEULS CEUX QUI RISQUENT SONT LIBRES !
    Lire sur mon blog Qui suis-je lire la suite= http://injustice.blog.free.fr/public/Qui_suis_je.pdf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *