Sanitaire Vs Economie

Introduction

Le Covid-19 met à l’arrêt quasi-total toutes les économies non préparées à lutter face à cet Alien d’un nouveau genre, identifié certes par sa carte génétique, mais sans encore être en mesure de s’en vacciner, c’est-à-dire de l’éradiquer.

Nos barrières actuelles contre lui, sont :

– De révéler sa présence en nous précocement, d’où la disposition de tests nécessaires qui existent, et parmi les plus performants, ceux qui visitent la sérologie qui nous indiquent entre autre la production d’anticorps auto-immunes ;
– De peut-être prendre de la Chlora Quinine plus antibactérien sous avis médical précoce ;
– De reconnaître des précautions d’hygiène – masques et gels hydro-alcooliques, et de distanciation parmi toutes les personnes qui se croisent ;
– De confinement de la population pour qu’elle arrête de circuler, sauf à le faire pour des besoins fondamentaux listés par des autorisations précises ;
– D’utiliser des moyens de traçage des personnes en contact avec l’Alien et aussi avec qui celles-ci ont été en relation.

Ainsi, nos sociétés policées, c’est-à-dire développées et optimisées dans leurs échanges réciproques, à l’intérieur des frontières comme de par devers elles, sont à l’arrêt.

L’épicentre de cette épidémie est à scruter au niveau des Etats-Unis, le cœur et le là de tout ce qui décide à travers le monde. Le Dollar US est la devise de cotation pour bien des produits sensibles comme le pétrole, l’Or…

Les US ont façonné aussi le « Know Your Customer » vis-à-vis des systèmes financiers, qui ressemble étrangement à un contrôle des flux de capitaux pour les gueux, mais qui reste aussi opaque au service de bien de nos élites – La référence est la lutte contre les paradis fiscaux « Out of US » pour les citoyens US contre la banque UBS en Suisse.

Notre économie s’arrête donc

Notre population est confinée, c’est-à-dire à rester chez soi, disons 20 heures sur 24.

On n’entend plus Marlène Chiappa sur les voies lactées de la non-violence parmi les couples confinés, pour une bonne partie dans des lieux aussi très confinés. Appelez le 15 ou le 36 du Quai des Orfèvres qui a déménagé, au cas où ?

On n’entend plus non plus les préoccupations de Greta Thumberg et ses affiliés sur le réchauffement climatique. Les préoccupations de nos journaleux sont ailleurs, bien qu’ils s’immiscent encore parfois sur le thème de la décroissance et de la dépollution ;

On ne sait pas par avenante ce qui se passe sur les territoires hors sol de notre République ;

On n’a plus de nouvelles des terroristes qui nous menacent dans notre quotidien ;

On ne parle plus de nos retraites non finançables, mais peut-être répudiables par l’Alien Dame Nature ;

Comme quoi tout peut basculer très vite dans une société réputée optimisée par l’emprise du plus petit dénominateur commun – l’apanage des sociétés collectivistes, ou par l’excès de capitalisme hors sol des Etats-Unis d’Amérique.

Quand notre économie va reprendre

Elle va se remettre lentement. Les Us et coutumes seront bousculés pour converser et échanger entre nous. La reprise de nos activités sera poussive, ce qui fait préfigurer une reprise en « L », à l’encontre de Mr Roubini, que certains connaissent – ou alors tapez sur Google, qui prévoit un chaos en « I ».

Le scénario en « I » serait un arrêt des chaînes logistiques, entre autres pour approvisionner l’alimentaire ou l’énergie, ou le retrait des personnels des sites de ces mêmes alimentations. Bref un arrêt total.

Le « I » que Mr Roubini prévoit est plus celui lié à la Méta-Finance gonflée à l’hélium à partir de rien, avec un dénominateur commun : Une dette obligataire d’un Etat réputé fiable qui fait office de garantie par sa résilience au « Defeasance ». C’est-à-dire la confiance dans une garantie – la capacité de faire face à ses échéances de remboursement vis-à-vis de créanciers, principalement extérieurs pour la France. Quelques avertis auront remarqués quelques pics sur le rendement attendu de nos emprunts obligataires récents.

Notre France est un formidable candidat à la banqueroute dans le registre d’une économie de marché normal, c’est-à-dire libre d’apprécier la juste valeur.

Nos magiciens des banques centrales

Nos banques centrales sont capables de créer de la monnaie à partir de rien, sans création de richesse sous-jacente. Elles vont donc imprimer des signes faciaux en guise de valeur pour soutenir toutes nos économies. Et par là, aucune de nos banques systémiques ne feront faillite, comme elles auraient déjà dû le faire pour partie d’entre elles dans un marché normal.

Ce nouvel argent injecté, contrairement à la crise de 2008 puis 2012 – le « Whatever It Takes » de Mr Draghi, va être un « Helicopter Money » vers nos contribuables, les salariés placés en chômage partiel, les indépendants etc.

Pourquoi pas après tout, car le facial de la monnaie offre encore le loisir de payer ce que nous devons à tiers et consorts.

Vient la grande question : Peut-on créer de l’argent à partir de rien ? Si c’est oui, cela réfute toute hypothèse de travailler pour vivre ou s’enrichir, ce que soutient la Théorie Monétaire Moderne dans ses arcanes.

Le problème de l’inflation

Le syndrome de la République de Weimar nous guette-t-il avec de brouettes de billets de banque pour payer nos courses ?

L’inflation ne viendra que par une réduction de l’offre de biens et services, que bon nombre d’entre nous pourront ou sont prêts à payer pour y souscrire.

L’inflation ne viendra pas de la quantité de monnaie déversée, mais elle se manifestera d’un surplus de demande par rapport à l’offre. Ce qui fera l’inflation …

Quid de notre déficit budgétaire Etatique

Il va se creuser, c’est une évidence, par le fait de soutiens monétaires et de moindres recettes fiscales. Nos templiers de Bercy cherchent une mutualisation des dettes au niveau de la Zone Euro avec en tête de gondole, leur mal-élu, Mr Macron pour sauver leur cul.

Leur coursive est clairement un risque quant au maintien de la zone Euro. Nos partenaires de celle-ci, pour certains respectueux de la charte de se lier entre nous, verront, par nos carences de plus en plus de circonspection. A moins que tout reste décidément anormal …

Bien à vous

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (6 votes, moyenne : 4,50 sur 5)
Loading...

2 réflexions au sujet de « Sanitaire Vs Economie »

  1. – “D’utiliser des moyens de traçage des personnes en contact avec l’Alien et aussi avec qui celles-ci ont été en relation.”
    C’est la porte ouverte au flicage définitif (1984) car de telles “avancés” pour le Bien Commun ne sont jamais annulées après…
    Cordialement.

    1. Vous êtes de toute façon déjà fliqué, peut importe qui vous êtes, peu importe ce que vous avez fait, à moins de vous élancer dans une jungle, sans aucun soutien, sauf à compter sur vous-même.

      Rester en l’état par notre Etat, n’est pas une fiction mais une réalité.

      Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *