VOICI VENU LE TEMPS DES CHAROGNARDS.

Grâce à l’effet Covid, toute la chaîne des charognards est en alerte maximum.
En temps normal leurs victimes étaient fournis par Bercy et leurs exécutants, descendants  de la famille Fouquier Tinville, le Tribunal non pas révolutionnaire mais le tribunal Administratif.
Ils sont dans la droite ligne des juges qui ont volés “légalement” les juifs en 40 sans sourciller sans attendre l’arrivée des nazis.
Leur condamnation est la même: votre mort financière et celle de votre entreprise (si vous en avez une) et votre mise en esclavage, souvent à vie.
Ce n’est pas le goulag ni Auschwitz mais cela y ressemble.

Avec le Covid, les faillites tombent comme à Gravelotte et les  charognards sont toujours aux aguets d’un dépeçage à vif d’une entreprise même légèrement  blessée.
Leurs rôles officiels est d’accompagner et d’essayer de sauver l’entreprise.
La réalité est tout autre, si vous êtes passés entre leurs griffes vous le savez, il vont avec des mines compatissantes vous dépouiller.
D’abord, ils vont se gaver “légalement” sur la bête, c’est à dire vous, en s’octroyant de beaux honoraires (alors qu’ils ne font rien, à part vous pousser discrètement mais fermement vers votre tombe), après s’être bien repu de vos finances, ils vont suivre un scénario bien rodé pour que tous leurs amis aient leur part du festin.

Charognard numéro 1:
L’administrateur judiciaire lorsqu’il a pompé sans retenue vos ultimes finances va vous envoyer à la chaîne d’abattage, le tribunal de commerce, comme pour la chasse à la glu vous n’en ressortirez pas vivant.

Le tribunal de commerce, dont le président est le Distributeur en chef de la chasse, avec des visages compassés, en 10 minutes, à tout péter, votre cas sera réglé et hop à la casse.

Charognard numéro 2:
Un liquidateur sera nommé.
Comme sont nom l’indique il va vous liquider et, cerise sur le gâteau, s’il peut vous entraîner personnellement (syndrome de Bercy) même sous le fallacieux prétextes, il va pas se gêner. S’il a tort, les tribunaux de connivence lui donneront raison.
Vous avez déjà perdu votre entreprise, ils vont vous mettre à la rue en faisant main basse sur vos biens (s’ils vous en reste).

Avec le Covid les victimes seront peut-être trop nombreuses et ils ne faudra pas trop traîner dans la tonte. Ils appelleront d’autres hyènes en renfort. Ce n’est pas ce qui manque.
Les parasites se cooptent et se multiplient dans notre état fonctionnaire.

63.000 liquidations environ par an en France.
Ce secteur, lui, ne connaît pas la crise. Combien de combines et d’arrangements entre les métiers qui en vivent. Et grassement.
Un article du 31/10/2014 décrit fort bien cette maffia :
« Arnaud Montebourg avant son départ du gouvernement, confirme que des professions « réglementées » liées aux tribunaux de commerce bénéficient de rentes de situation scandaleuses : le revenu net moyen mensuel des greffiers des tribunaux de commerce s’élève à 29 177 euros et, pour les 25 % les mieux rémunérés, s’envole à 38 777 euros ; celui des administrateurs et mandataires judiciaires dépasse les 25 000 euros et, pour les 25 % les mieux rémunérés, les 33 700 euros !

Rappelons que les greffiers des tribunaux de commerce – qui, à l’instar de tous les tribunaux, sont des services publics – ainsi que les administrateurs et mandataires judiciaires sont à la tête de charges qu’ils ont achetées et peuvent revendre.
Et précisons que ces greffiers, administrateurs et mandataires sont des créanciers « prioritaires » des entreprises dont ils ont à 
connaître les difficultés en vertu de décisions du tribunal de commerce. Des difficultés que leurs fortes ponctions aggravent : quelque 90 % de ces entreprises finissent liquidées, tandis que leurs sous-traitants, créanciers ordinaires, passent après eux et, le plus souvent, devant la glace, ce qui les met à leur tour en difficulté… »

Bolling Emmanuel

A propos Bolling Emmanuel

Emmanuel Bolling a été condamné le 12 janvier 2016 par jugement contradictoire à l'égard d'Anne Béot, inspectrice des impôts de Paris 18eme et partie civile. Emmanuel Bolling a été relaxé du chef de diffamation publique. Il a été reconnu coupable du chef d'injure publique envers fonctionnaire publique pour son article du 15 décembre 2014 sur le site témoignagefiscal.com intitulé "certain de leur impunité, rien n'arrête les agents du fisc". Il a été condamné à verser à Madame Anne Beot 500€. Emmanuel Bolling était un des créateurs et des dirigeants de la Discothèque LA LOCOMOTIVE à Paris. Ouverte fin 1986, décédée asphyxiée par le fisc fin 2009(RIP). Elle subira en huit ans trois contrôles fiscaux. 1992, 1996, 2000. E.Bolling contestera le deuxième (1996). Cette contestation justifiée entraînera immédiatement de la part de Bercy une série sans fin de saisies diverses étranglant son entreprise pour finir par la ruiner. Relaxée de l’accusation de « dissimulation de recettes » par le tribunal correctionnel de Paris en 2002, le fisc n’en continuera pas moins à poursuivre LA LOCOMOTIVE et ses dirigeants de son acharnement, pour les mêmes motifs, comme si de rien n'était... En 2014, après 18 ans de procédure, de procès et d’appels (gagnés ou perdus) dont la liste serait des plus ennuyeuse, E.Bolling et ses associés, ruinés, se battent toujours pour que l’on reconnaisse ce redressement pour ce qu’il est : un abus fiscal caractérisé. Il a initié deux nouvelles procédures devant le T.A.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (6 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

5 réflexions au sujet de « VOICI VENU LE TEMPS DES CHAROGNARDS. »

  1. “La démocratie sans contrôle, c’est la dictature de la loi.” La justice, c’est la dictature des magistrats.” La démocratie qui reposait sur le contrôle, s’est endormie sur la complaisance. Et Quand la république a les mains sales, La Démocratie est en danger !
    Une injustice faite, ne fût-ce qu’à un seul homme, est une menace pour nous tous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *